Entreprendre à l’étranger: Acheter un hotel au soleil



En octobre 2006 nous avons fait un voyage au Mexique avec des amis, en deux semaines nous avions beaucoup bourlingué dans le pays pour voir un maximum de choses et nous avions même passé plusieurs nuits en bus afin de gagner du temps, pour notre dernier week-end nous nous étions accordé un moment de repos à Acapulco (c’est là où j’ai rencontré la vénézuelienne), nous sommes arrivés dans la ville mythique le samedi matin (en bus donc..) et malgré la pluie incessante l’enthousiasme était au rendez-vous, nous avons alors pris un bus local pour atteindre Pie de la Cuesta, une petit ville à 15 minutes en voiture au nord d’Acapulco longeant une plage de plusieurs kilomètres de long bordée par de petits hotels.

Après un rapide petit déjeuner nous sommes allés piquer une tête dans le pacifique, l’eau était chaude et c’était un bonheur de se baigner sous la pluie.

Nous nous sommes baladés un peu et j’ai remarqué un hôtel à vendre sur la plage, notre ami français qui travaillait à Mexico et qui était déja venu plusieurs fois nous disait que dans cette ville le tourisme était en constante évolution, les prix des hôtels avaient augmenté de manière notable depuis sa première venue quelques mois seulement auparavant.

Je me suis alors demandé combien couterait une affaire dans un tel endroit, c’est une recherche que j’ai faite plusieurs fois sur Internet au cours des années qui ont suivi, déja il faut savoir que les prix ne sont pas si ridicules que ça, l’année dernière au Vénézuela, le patron du charmant petit hotel ou j’ai passé quelques jours me disait qu’il avait investi 100 ou 150 000 dollars pour le faire construire, il m’avait également parlé de deux québecois qui avaient repris un hotel au Guatemala, ils avaient investi chacun 25 000 dollars et ils avaient pris un crédit pour reprendre le commerce dont le chiffre d’affaires était de l’ordre de 300 000 dollars ( en général un commerce se vend un an de chiffre d’affaires H.T.). En contrepartie ils s’éclatent bien, rencontrent pas mal de monde et développent leur patrimoine en remboursant le crédit pour l’achat du fond de commerce.

Il  m’a dit aussi qu’il avait fait des études de marché et le plus rentable selon lui en amérique latine ce sont les motels car ils sont très prisés des amants qui louent une chambre pour quelques heures et ne rechignent pas à dépenser pour des services associés (boissons, nourriture..), du coup le prix s’en ressent et ce type de commerce coute plus cher qu’un hotel classique.

Il y a deux ans je suis tombé sur l’histoire de ces deux entrepreneurs français qui ont ouvert un hotel à Tulum (côte caraibéenne du Mexique) et le succès semble être au rendez-vous puisqu’ils envisagent déja d’en ouvrir un autre. Comme le dit l’article, si ils ont pu acheter leur première affaire c’est bien parce qu’ils ont travaillé dur et économisé pendant de longues années.

Au Brésil les petits hotels s’appellent des « posadas », j’avais un ami australien marié à une brésilienne et elle avait regardé pour en louer une et l’exploiter afin qu’ils puissent passer un an ou deux dans son pays mais de ce que j’ai compris en parlant autour de moi avec des amis qui connaissent bien le Brésil c’est que les gens qui se lancent dans ce genre d’affaire le font plus pour acheter un lifestyle plutot que pour une réelle rentabilité économique, en gros vous vous la voulez douce (et encore, ce type d’activité peut demander beaucoup d’effort) mais vous ne gagnez pas des masses.

Alors, acheter un hôtel au bord de la mer dans un endroit de rêve quel est votre avis, bonne affaire ou pas ?