Ne Prenez Pas Le Risque De Passer A Côté De Vos Rêves



Crédit photo: estarsid

J’ai une théorie.

Les gens ont tellement l’habitude de regarder la télé qu’ils en sont venus à penser que la gloire, le soleil et la belle vie c’était réservé à ceux qui se trouvent du bon côté de l’écran, eux étant condamnés à vivre une existence banale: supporter son chef pendant des années, se taper les départs en vacances tous les ans pour échapper à leur quotidien deux semaines, puis se taper les retours.

Tous les jours des gens partent travailler à la Défense au bureau en sentant bien que quelque chose cloche, que passer une heure aller et une heure retour dans un wagon à bestiaux c’est pas ce qu’on leur avait vendu quand ils étaient gamins et que quand on leur disait de bien travailler à l’école pour avoir un bon travail plus tard ils imaginaient autre chose que les couloirs bondés du RER à Chatelet-Les Halles et les plats cuisinés Marie le soir seuls devant la télé.

La peur

Dans toute l’histoire de l’humanité on n’a jamais eu autant accès à l’information, que ce soit la télé, les journaux ou Internet, on peut maintenant savoir en temps réel ce qui se passe à l’autre bout du monde. Nous vivons dans des sociétés ou règne l’opulence (la pauvreté existe toujours mais à ce que je sache plus personne ne meurt de faim), et pourtant les gens ont toujours autant peur,

mais peur de quoi au juste ?

Peur de l’inconnu, peur de manquer, peur de décevoir ses proches, peur de se décevoir soi-même.

Je vais vous confier un secret, moi aussi j’ai peur, tous les jours même: j’ai peur de me foirer, j’ai peur de décevoir ma famille, j’ai peur de faire les mauvais choix, j’ai peur de manquer un jour d’argent, j’ai peur de mourir seul.

 

Parfois je me demande si je ne suis pas en train de faire une erreur avec ce projet, que tout cela est une folie, ça me fait le même effet qu’un somnanbule qui se réveillerait tout d’un coup debout sur un fil tendu au-dessus du vide, une perche dans les mains et la foule en train de le regarder en contrebas !

Et puis je repense à toutes les raisons qui m’ont amené à faire ce choix, à tout ce que j’ai réussi dans ma vie, et je me sens déterminé à nouveau et rechargé à bloc.

Avoir peur c’est quelque chose de normal, il faut apprendre à vivre avec, par contre ce qui n’est pas normal c’est que cette peur nous empêche d’agir.

 

L’audace

Je vais vous avouer quelque chose, j’ai été très mal élevé dans ma vie.

Je vous rassure ce n’est pas la faute de ma mère, elle a fait tout comme il fallait pour m’élever seule 🙂

Non en fait ce serait plutôt la faute du destin: j’ai entrepris beaucoup de choses, je me suis pris des revers, et pourtant à l’arrivée je suis fier du parcours que j’ai eu et je sais que sans audace je n’aurais jamais pu accomplir tout cela.

Voyager sur les 5 continents, apprendre plusieurs langues étrangères, partir à l’aventure en Australie et y monter un business, il y a 10 ans je n’aurais même pas rêvé accomplir tout cela un jour, et puis j’ai pris un risque, puis un autre, et le destin a voulu que je rate certaines choses mais que j’en réussisse d’autres, et 10 ans après je réalise que ce que j’ai vécu dépasse mes rêves les plus fous.

Les risques

Bien sur si je me plante il me faudra trouver un job classique, et le monde corporate est tellement bien fait qu’il vous fait payer cher votre témérité, croyez-moi.

D’ingénieur j’ai pris le risque de passer commercial, je me suis fait virer au bout de 6 mois et ensuite je suis parti en Australie pendant deux ans, la-bas j’ai tout déchiré et pourtant lorsque je suis revenu une seule société m’a fait une proposition, et encore à un salaire d’embauche de débutant.

Si j’étais resté à mon poste d’ingénieur je n’aurais pas appris grand-chose pendant ces trois ans et je me serais ennuyé comme un rat mort mais pourtant j’aurais retrouvé un poste avec beaucoup plus de facilité, il semble qu’en France on n’aime pas trop les têtes qui dépassent..

Et alors ? Même si je galère un peu j’arriverai toujours à trouver un poste, et ensuite je pourrai en trouver un autre et ainsi de suite jusqu’à recoller au peloton, la bête est rancunière mais elle a la mémoire courte..
De cette aventure je garderai toujours des souvenirs incroyables et la fierté d’avoir tenté d’échapper au système, ça me redonnera parfois le sourire pour mes vieux jours.

 

Et si dans 10 ans je devais démarrer mon propre business, vous croyez pas que cette expérience m’aura apporté beaucoup de compétences et aussi la niaque de réussir ?

Si vous étudiez de près l’histoire des grands hommes vous serez surpris d’apprendre qu’ils ont rarement fait la carrière qu’ils avaient désiré au départ, est-ce que vous saviez que Serge Gainsbourg voulait devenir peintre et qu’il considérait la musique comme un art mineur ?

 

Lorsque j’étais commercial je travaillais dur pour rentrer dans des grands comptes (BNP, GMF), je me suis fait virer au bout de 6 mois et ça n’a pas été facile à encaisser et pourtant avec du recul je me suis rendu compte que ça m’avait endurci et par la suite beaucoup de choses m’ont paru très facile en comparaison.

Libérez-vous !

Vous avez peut-être peur pour votre carrière, mais je vais vous confier un secret: votre carrière tout le monde s’en fout !

Vos proches qui s’en foutent que vous soyez riches et qui préfèrent vous voir heureux, votre patron qui vous remplacera par un autre (plus jeune, moins cher) quand vous partirez, vos collègues qui vous remplaceront également dans leur coeur et puis qui partiront eux aussi à leur tour.

Au fait, vous n’y pensez peut-être pas souvent mais on va tous partir un jour, et là je ne parle pas de carrière mais bien de la mort, hé oui vous êtes sur cette terre pour une durée limitée, souriez vous êtes filmés !

Alors relativisez vos peurs, réfléchissez à ce que vous voulez faire de votre vie et trouvez un moyen de le faire car au final le seul risque que vous pouvez prendre c’est justement de ne pas prendre de risques !


Et vous, quels risques vous voulez prendre ?

Allez, lâchez-vous ! Ne prenez pas le risque de passer à côté de vos rêves 😉



53 Comments

  • Guillaume

    Reply Reply 14/07/2010

    J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ton article. Merci pour ton témoignage 🙂

    C’est vrai qu’au fond la peur peut nous empêcher d’agir et il est bon de regarder en arrière de temps en temps et se dire qu’au final ce n’était pas si dur….

  • Aurélien

    Reply Reply 14/07/2010

    Ah j’aime bien lire des articles comme celui-ci, ça me donne la pèche et me motive pour la journée et pour accomplir tous les projets que j’ai !
    Nos rêves sont souvent plus faciles à atteindre qu’on le pense et plus on avance plus on est motivé. C’est tellement dommage de se freiner parce qu’on a peur.
    Merci pour cet excellent article.

  • Shanghai 2010

    Reply Reply 14/07/2010

    « et 10 ans après je réalise que ce que j’ai vécu dépasse mes rêves les plus fous. » => Encore une fois je me retrouve dans cette expérience. D’ailleurs quand j’étais enfant je n’avais même pas de rêve, je m’étais deja fait a l’idée de vivre avec un SMIC dés l’age de 10 ans. Mon environnement social était composé de « chomeurs RMIste travail au black magouilles a la CAF », donc le but de ma vie lorsque je serais grand était d’au moins avoir un job fixe, bien payé était la cerise sur le gateau. Plus tard mon trip était de devenir fonctionnaire, la glande et la surete de l’emploi.

    Le hasard a fait que j’ai pas mal réussi, non pas par volonté, mais plutot par un constat annuel « Jusqu’ici je m’en sors pas mal et je peux encore monter alors allons-y ».
    Ainsi je n’aurais pas imaginé finir mes études avec 2 Bac+5 alors qu’en 3eme on m’invitait fortement a m’orienter en professionnel ou bien lorsqu’on m’invitait a redoubler en 1ere parce que j’etais 36/36 😉

    Et quand a 20 ans en DUT Tech Co, un prof nous a fait partager sa passion de l’entreprenariat avec sa boite, je me disais « cause toujours coco, moi jamais je me prendrai la tête a faire une boite, je vise le fonctionariat ». Quelques années après je crée une boite a Hong Kong et une autre en Chine :p

    Au final, ma plus grande force est certainement de n’avoir vraiment rien a perdre. Au pire si je me craque complètement dans mes projets, j’aurais mon SMIC qui correspond a mon rêve d’enfant. En attendant j’ai réalisé le rêve de plusieurs personnes qui étaient a l’école avec moi et qui sont maintenant au SMIC ou au chomage…

    Sinon concernant la rat race a la defense, je précise que c’est deja pas si mal cette situation. La rat race a la defense se fait souvent 35K/an a 30 ans. Or je connais des tas de trentenaires en province avec bac+3-5 qui n’ont même pas 25K/an, et qui rêveraient de bosser a la defense.

    • Maryan

      Reply Reply 14/07/2010

      Merci à Aurélien pour cet article 😉
      Shangai 2010 dis moi, est ce qu’il n’est pas difficile de créer sa société en Asie pour un Français ? est ce que tu as déjà posté sur le sujet ?

  • Adrien

    Reply Reply 14/07/2010

    Il faut quand même comprendre que des personnes n’ont pas forcément le temps de s’attaquer à leurs rêves … Ni les moyens financier d’arrêter leurs jobs pour s’accomplir dans un autre domaine. Quand on est jeune c’est assez simple, on part de rien, mais à 40 ans … Avec une vie de famille pas facile.

  • Shanghai 2010

    Reply Reply 14/07/2010

    A Hong Kong facile et rapide, en Chine difficile et long. Jamais posté sur le sujet.
    Mais une société n’est rien de plus qu’un bout de papier donnant le droit de facturer et éventuellement d’avoir des employés, ce n’est qu’un détail, le plus dur est de créer une activité rentable.

  • Erwan

    Reply Reply 14/07/2010

    Effectivement, la peur consciente ou inconsciente est une barrière importante. Je pense qu’un travail de pensées positives peut fortement aider. Mais comme tu le dis si justement le regard et la réaction des autres est aussi quelque chose de difficile. En tous cas merci pour cet article qui donne de l’énergie pour avancer!

  • Mélissa

    Reply Reply 14/07/2010

    Exellent!!

  • Aurélien

    Reply Reply 14/07/2010

    C’est clair qu’on a un profil similaire Willy et qu’on a la meme niaque. Par contre si c’est pour gagner 35ke à 30 ans ça vaut vraiment pas le coup de travailler à la Défense !
    A 25 ans j’étais à 45ke en bossant dans une bonne ambiance dans une petite boite sympa du côté de Massy, et pourtant j’ai voulu trouver encore mieux et même si ma première expérience qui a suivi a été un échec (je me suis fait virer de mon boulot de commercial au bout de 6 mois) au jour d’aujourd’hui je me félicite du choix que j’ai fait !

  • Shanghai 2010

    Reply Reply 15/07/2010

    D’ailleurs je te donne une autre info pour notre profil similaire, moi aussi j’ai été élevé juste par ma mere :p
    En 2010 c’est presque une norme, dans les années 80 c’était pas très bien vu dans la société et a l »école, cela a peut-être influé sur notre mentalité de niaque :p

    35K était un minimum a la defense a 30 ans, 45K a 25 ans c’est encore mieux 😉 Mais justement, cette « rat race » est deja un idéal dont beaucoup aimerait faire partie. Si tu appelles un cadre trentenaire a 40KE la rat race, comment appelles-tu un gars qui a 30 ans, qui fait un boulot qui ne lui plait pas plus que celui a la defense, mais qui a a peine 1300-1500 net/mois malgré son bac+5?
    Venant de province j’en connais des tas, ils sont non seulement pas super heureux de leur taff mais en plus galèrent. Au moins la rat race de la défense ne galère pas financièrement 😉

    • Charles

      Reply Reply 15/07/2010

      Un cadre à 40k comme un gars à 15k, c’est la même chose. Faut pas dissocier à cause du salaire.
      Un cadre à 100k aussi fait parti de la rat race.

      La rat race c’est metro boulot dodo, qu’importe le salaire. Mais n’importe qui peut en sortir en changeant ses croyances, et en se créant des revenus alternatifs.

  • ChrisToonet

    Reply Reply 15/07/2010

    La peur empêche de prendre des risques ! Mais sans peur pas d’adrénaline non plus !
    Pema Chödrön (bouddhiste) dit : “Nous croyons que les gens courageux n’ont peur de rien. En fait ils sont intimes avec la peur”
    On peut aussi appliquer à l’échec ! Plus il y a d’expériences d’échec, plus on en sort grandi pour affronter de nouveaux défis, donc capables de gagner !

  • Article très sympa qui donne la pêche pour ses projets (Serais-tu en train de te remonter un peu aussi? 😉 ).

    Après les gens à la défense, ils font ce qu’ils veulent, faut les laisser un peu tranquilles.

  • Gael

    Reply Reply 15/07/2010

    Et oui la vie est une vaste escroquerie pour le commun des mortels, moi aussi on m’a menti quand j’étais petit 😀

    Le pire c’est que la société nous a tellement bien dressé, que même en souhaitant tracer notre propre route, on ne peut pas s’empêcher d’avoir des remords tel que « ai-je bien fait de me séparer du troupeau? »

  • Cher Aurélien,

    Tu as en effet compris pas mal de choses :

    1) L’école ne te donne pas forcement un travail passionnant ni toujours bien payé (c’est de plus en plus vrai dans l’informatique).

    2) Ne pas prendre un risque peut constituer un risque. On le voit avec ces pauvres gens qui se font virer à 50 ans à niveau bac-3 épuisés physiquement et mentalement après 30 ans dans la même société.

    Mais je pense que le modèle que l’on nous a vendu nous influence énormement : vas à l’école, travailles dur, trouve un bon job et tu auras une belle retraite dans 40 ans. Je pense tout de même aujourd’hui que les gens sont de plus en plus conscients (en tout cas pour la retraite).

    Ils ont reportés leur espoir sur la télévision surtout au vu du nombre d’inscrits dans les concours de chanson des différentes chaines ou des émissions de télé réalité (que je ne regarde plus mais que j’ai regardé par curiosité il fut un temps). Les gens regardent la vie d’autres gens à la télévision au lieu de vivre la leur.

    Pour ton choix, je le trouve excellent. Tu auras toujours loisir de reprendre un job normal après coup si tu n’atteint pas ton objectif sur le blog. Tu travailleras sur des projets web …

    Je dois d’ailleurs faire un billet sur ce sujet : le poids de l’éducation dans nos comportements.

    Mais il faut voir aussi qu’il y a des gens heureux dans leur vie de salarié : ça les rassure, la paie est correcte, ça leur donne un statut social. Tout le monde n’est pas fait pour parcourir le monde (je dirais même assez peu de gens).

  • Willy - Chine

    Reply Reply 15/07/2010

    L’école ne te donne pas forcement un travail passionnant ni toujours bien payé

    => C’est vrai mais au moins elle permet en général de s’orienter dans un métier ou au moins un secteur qui nous intéresse. Plus on fait des études, mieux on a de chances de travailler dans quelque chose qui nous plait, moins on en fait, plus le job sera alimentaire et non passionnant. Je suis impatient de voir ce billet sur le poids de l’éducation dans nos comportements.

    Tout a fait d’accord pour le fait que beaucoup de personnes sont tres heureuses en étant salariés. Le cliché métro boulot dodo a la vie dure. Je vais encore donner mon exemple personnel et faire preuve d’égocentrisme 😉

    J’ai habité 3 ans a Paris, la premiere année j’étais a 30 min de mon taff a pieds, je kiffais longer le canal St Martin apres ma jourmée pour rentrer.
    LA 2eme et 3eme année je bossais a Versailles, pourtant j’étais a 1h porte a porte de chez moi si je ratais pas mon train. J’avais dealer avec le boss de faire 10h30-18h30, du coup j’évitais toute la foule des métros le matin et le soir. Dans le train je lisais mes magazines pépére, et souvent au lieu de rentrer directement chez moi je me faisais un Ciné aux halles avec ma carte UGC. Une bonne journée sans stress. L’aventure m’appellait ailleurs, mais j’aurais pu continuer quelques années comme ca sans probleme.

  • Jérôme

    Reply Reply 16/07/2010

    100% des gagnants du loto ont tenté leur chance !
    On ne peut pas vivre ses rêves sans oser les réaliser. Ça fait peur de sortir des sentiers battus mais que cela débouche sur un échec ou une réussite, l’expérience en serait forcement très grande.
    Tu as raison d’oser faire ce que tu fais ! Continue 🙂

  • Priximmo

    Reply Reply 16/07/2010

    Assez sympa ton article. Effectivement il faut du courage pour surmonter sa peur pour être indépendant. Perso c le cap que j’ai du mal à passer pour me mettre à mon compte avec mon site. Contrairement à toi qui a réussi à le faire.

    A+

  • Quand tu parles tu somnambule, tu ne voulais pas dire funambule ?

    Pour l’article, évidemment, je ne suis ‘on-ne-peux-plus-d’accord’ puisque c’est aussi mon parcoursb (quelque part), et ma philosophie. Quoi qu’il arrive, on ne pourra jamais reprendre mes souvenirs ! Ca, c’est très précieux ! Bien plus que tout l’or du monde.

  • Aurélien

    Reply Reply 16/07/2010

    Je suis en Slovaquie depuis hier donc il m est difficile de repondre a tous les commentaires, je rentre dimanche a Cracovie je posterai toutes les images et les videos sur la fan page Facebook Read Me I’ m Famous alorsa n’ hesitez pas a devenir fan pour etre au courant de toutes les nouveautes: http://www.facebook.com/home.php?#!/pages/Read-Me-Im-Famous/113500295337777?ref=sgm

  • Flonaish

    Reply Reply 17/07/2010

    Dobry Den,
    Slovaquie -> Direction Kosice.
    Je n’y suis passé qu’une journée mais le centre-ville m’avait vraiment séduit par sa douceur de vivre.
    Pense à t’enfoncer à l’Est (Brest en Biélorussie, L’viv en Ukraine…) car Krakow, c’est un peu trop « gentillet ».
    a+
    PS : attention Barjedov, ville que tu as peut-être repéré car pas trop loin de Krakow n’est pas aussi impressionnante sur place que sur les cartes postales. http://img81.imageshack.us/f/4157bxr4.jpg/

  • Aurélien

    Reply Reply 18/07/2010

    Waouw beaucoup de commentaires je vais essayer de répondre à la plupart:

    @Max: je voulais bien dire somnanbule, imagine le type qui marche en dormant et qui se réveille sur un fil suspendu au-dessus du vide, c’est cette sensation que j’éprouve régulièrement

    @Gilles et Willy: quand j’étais ingénieur d’affaires j’ai vu passer des candidats avec un super CV, a 50 ans ils avaient enchainé les missions dans la finance et pourtant ils se retrouvaient à prendre le métro avec leur malette pour tenter de se vendre auprès d’un petit trou du cul en costume (moi en l’occurrence). Je me suis dit que je voudrais jamais être comme eux à leur âge, et pour ça il y a pas 36 000 solutions il faut être son propre patron.

    J’ai vu aussi des candidats qui bossaient sur la même techno depuis 20 ans (du Cobol), d’une part je ne comprenais pas comment on pouvait faire la même chose pendant 20 ans sans chercher à apprendre de nouvelles choses, et d’autre part je me disais qu’ils étaient très fragiles du fait de leur ultra-spécialisation (un changement de techno dans les banques et tout le monde dégage).

    Quant à mon point de vue sur l’école, si on ne vient pas d’une famille aisée c’est quand même le meilleur moyen de démarrer dans la vie et en France ça donne quand même un certain statut, sans compter qu’obtenir un bac +5 c’est quand même pas compliqué c’est juste long et chiant.

    Et oui il y a des gens très heureux avec un job à la Défense mais mon blog ne s’adresse pas à eux, mon blog s’adresse à ceux qui rêvent de monter leur boite et de parcourir le monde !

    @Flonaish: merci pour les conseils, je compte bien visiter d’autres pays ne t’inquiète pas, je suis confiant dans les rencontres que je vais faire et qui vont me permettre de voir du pays, pour l’instant je compte rester basé à Cracovie parce que j’aime bien cette ville, que j’ai besoin d’une certaine stabilité pour avancer dans mes projets et que j’ai encore des choses à voir en Pologne.

  • Argancel

    Reply Reply 20/07/2010

    J’aime bien le style d’écriture de ton article. Tu évoques beaucoup de stéréotypes, il est vrai mais ils ont le mérite de nous donner de suite une très bonne image de ce que tu veux dire.

    Très bien vu tout ça!

  • Aurélien

    Reply Reply 21/07/2010

    Merci Alexandre, en réalité cet article m’a demandé beaucoup de travail, je l’ai édité et retravaillé de nombreuses fois, et pour finir j’ai trouvé cette photo au tout dernier moment qui ne pouvait pas illustrer mieux l’article (une personne marchant à côté d’une flaque dans laquelle se reflète se ciel).

  • J’ai une petite question Aurélien puisque l’on parle de photos. Pour ma part je prends moi-même les photos pour mon blog. Je ne suis pas un grand artiste mais au moins elles sont libres de droits et j’en fais ce que je veux. Comment fais tu pour les photos sur ton site ?

    Pour revenir à la Défense, c’est vrai que c’est dur de se vendre à des « jeunes trou duc » au costard mal repassé car leur copine veut pas le faire 😉 et qu’il n’en ont qu’un seul mais c’est la vie et eux aussi sont dans la rat race (excuses moi ça défoule). C’est pour cela qu’il vaut mieux comprendre son environnement et pas se battre contre mais faire du mieux que l’on peut avec.

  • Aurélien

    Reply Reply 21/07/2010

    Salut Gilles, je ne jette pas la faute sur les « jeunes trous du cul » :), ils font du mieux qu’ils peuvent, ce que je voulais dire c’est que si on n’essaye pas de chercher à gagner sa liberté le plus tôt possible on se retrouve à devoir se vendre jusqu’à la fin de sa vie, et pour certains après 45 ans ça devient compliqué car « trop vieux » (c’est pas moi qui l’ai inventé, je vous rappelle que j’ai connu les coulisses du recrutement).

    Pour la photo de l’article j’ai pris une photo de flickr sous license Creative Common, tu peux les utiliser en citant l’auteur.

    http://www.flickr.com/creativecommons/

  • Reply Reply 21/07/2010

    Très bon article, c’est assez puissant, tu es à mon sens l’incarnation d’une maxime

    « Aucun bien matériel, aussi grand soit il, ne pourra consoler un élan que l’on n’écoute pas »

    J’imagine que je partage avec tous les précédents posteurs la forte envie que ton aventure réussisse financièrement.

    Tu a du ressentir une petite pression à la rédaction vu que tu étais l’organisateur de ce thème pas facile, ça a payé: ton article est nikel, il fait du bien et il donne de l’élan. Ta façon de parler des peurs est simple, humble et libératrice. Article d’utilité publique donc!

    C’est bientôt mon tour d’avoir la pression pour l’organisation du festival d’aout^^ provisoirement intitulé « Le fossé entre le savoir et l’action ».

  • Aurélien

    Reply Reply 21/07/2010

    Merci pour les compliments Lô, en fait je n’ai pas ressenti de pression du fait que j’étais l’organisateur, par contre j’ai voulu écrire un article qui soit consistant et impactant.

    A ce propos j’ai changé les sections thématiques dans la barre de menu pour mettre à disposition les articles les plus importants.

    Par exemple la section Efficacité: http://www.readmeimfamous.com/efficacite/

    Je me rends compte chaque jour un peu plus que ce blog est l’aboutissement de toute une vie de désirs de liberté, d’aventure, d’entreprise, de voyages, et je pense que c’est quelque chose qui peut toucher beaucoup de personnes, c’est pourquoi j’espère fédérer un maximum de monde autour de mon projet.

  • Tu auras compris que je suis devenu un fidèle lecteur de ton blog. J’aimerais t’expliquer pourquoi.

    La principale raison est que tu décris ta vie, que ce n’est pas de la théorie mais de la pratique, du vécu. Le problème de la plupart des blogs du style « Devenez riche en … », « Faites du business … » c’est qu’ils sont écrits par des gens qui ne sont pas riches et par des salariés. Donc cela a peu d’intérêts de les lire car ils ne décrivent pas leur quotidien …

    J’ai essayé dans mon blog de faire ressortir mon style de vie basé sur une vie plus simple mais comme je ne décris pas ma vie (volontairement pour l’instant) avec un fil conducteur comme toi, cela a moins de force.

    Bravo continue

  • Patrick

    Reply Reply 29/07/2010

    Tout à fait Gilles ont ne peux apporter que ce qu’on a ! Partageons ce que nous avons de meilleur en nous, et continuons d’avancer ! Félicitation pour ton Blog Aurélien, bon voyage !

    Mes amitiés.
    Patrick

  • marine

    Reply Reply 05/09/2010

    top cet article 🙂 Il donne la pêche et le pti coup de pied aux fesses qu’il nous manque de nos jours !

    Mais un seul bémol: oser c’est bien, mais les finances pour c’est autre chose…

  • En effet, il donne la pêche….surtout dans ma situation qui a du vous arriver aussi, plus ou moins:
    Je viens de sortir de l’école et suis sur le point d’accepter un job du style rat race en Suisse payé l’équivalent de 50K€. De l’autre côté du monde en Inde, j’ai l’occasion d’aider deux gars à développer leur mini structure ce qui va développer beaucoup de compétences, de monter mon propre projet, et (c’est important) de retrouver ma copine. Tout ça pour un salaire littéralement 10 fois moindre pendant les premiers mois avec aucune sécurité derrière. Je dois décider pour demain…Avec moins de 4000€ tous comptes confondus, est-ce que ça vaut le coup?…Pour le moment, c’est 50-50.

    • Aurélien

      Reply Reply 26/01/2011

      Partir bosser à l’étranger un an ou deux c’est vraiment le genre de truc qu’on peut faire dès qu’on sort de l’école, un boulot à 50ke en Suisse tu pourras toujours en trouver un plus tard. Sans même prendre en compte l’aspect « copine » qui est important aussi. Pour moi y a pas photo, après c’est à toi de choisir.

  • Martin

    Reply Reply 27/01/2011

    Damien, a toi de voir. Sur le court terme, 500€ en Inde ca doit pas etre degueu je pense. AVec 500€ tu peux embaucher un ou deux employés de maison en Inde (pour te donner une idée du cout de la vie). En Suisse, avec 5000€, même pas en rêve. Je ne dis pas qu’il faut embaucher des employés de maison ou pas mais juste te donner un point e vue.

    Apres agis de facon a ne pas avoir de regret par la suite 🙂

  • Jérémy

    Reply Reply 27/01/2011

    Damien, je crois que tu ne devrais même pas te poser la question : fonce 😉

    (en même temps, si tu poses la question ici, c’est que, au fond de toi, tu dois déjà un peu connaître la réponse)

  • Quelques news. Merci pour vos réponses. J’avais fini par choisir le job en Suisse puisque mon école ne pouvait plus me donner de convention de stage pour l’Inde. Et surprise, je me suis fait viré au bout de 2 mois, un peu comme Aurélien…(mais bon le job ne me plaisait vraiment pas).
    Pendant 2 mois j’ai côtoyé des gens qui gagnaient très bien leur vie dans une ambiance certes sympa, mais dont la saveur au quotidien avoisinait celle des tomates discount en fin de saison.
    Je ne dis pas que le salariat en France (ou à côté) est une des 5 plaies d’Egypte. Après tout, comme l’ont souligné certains, ça peut être très agréable tant qu’on a la chance d’avoir un job qui nous apprend des choses, un boss qui nous fait progresser et ses potes pas loin dans une ville sympa.
    Je parle plutôt ici de la saveur de la vie d’un blogueur à l’étranger, qui est plongé dans l’effervescence de pays qui ne lui auront jamais demandé de venir, mais où il a choisi de sauter à pieds joints. Les sensations doivent être indescriptibles, surtout quand ça marche.
    En ce qui me concerne, je compte finir de payer mon école avec un nouveau job (intéressant celui-là) pour en même temps mûrir un projet à l’étranger que j’ai en tête (étranger ici = plus loin que l’Europe de l’ouest).
    Quitte à revenir sur les rails dans une décennie ou moins, je ne crois pas que les blogueurs à l’étranger regretterons ne serait-ce qu’un millième de seconde ce qu’ils ont accompli en changeant eux-même l’aiguillage. Am I mistaken? 🙂

  • JibrilMedina

    Reply Reply 24/05/2011

    Très bon article et bien écrit (on sent que t’y mets ton âme) et qui résume tous les articles de ce blog !

  • Je découvre cet article longtemps après que tu l’aies écrit Aurélien, mais voilà : il me booste !

    Donc merci.

    Je ne sais plus qui disait : il vaut mieux vivre avec des remords qu’avec des regrets.

    Si on prend le risque, et que ça rate : au moins on est passé à l’action, on a agit. Et on sait que la réussite nous attend ailleurs.
    Alors que si on ne fait rien, on reste tout sa vie à se dire …. « ah, si j’avais fait ça, peut-être que… »

    C’est un peu comme avec une fille dont on rêve : il vaut mieux savoir que pour elle, c’est non, au moins on peut passer à autre chose ! Au lieu de rester toute sa vie à se dire : peut-être qu’elle aurait pu devenir ma femme… !

  • Domicat

    Reply Reply 16/02/2012

    AH! ces peurs qui paralysent (peur de manquer, peur de ne pas être aimé, peur du regard que l’on pose sur soi, peur de mourir…). En fait toutes ces peurs découlent de la « métanoïa peur » qui est celle de vivre. Peur de vivre, hé voilà on est embarqués dans un charivari de frustrations. Mais il suffit parfois d’une situation qui vous transporte tellement au-delà des vissicitudes d’une existence « ordinaire » pour que le réveil du gong vous fasse cracher vos peurs et que le guerrier qui sommeillait en vous se lève et décide enfin à prendre la vie à pleine mains. Il y a quelques années déjà, j’ai pris le risque « DE VIVRE ET D’ÊTRE ». Et j’en reçois les délices à chaque instant de mon existence. De l’extraordinaire dans de l’ordinaire.
    Etonnant, rigolo mais tellement Kiffant.
    Allez VIVEZ… le ciel ne vous tombera pas sur la tête, je peux vous l’assurer.

  • Habiba

    Reply Reply 01/04/2012

    Tellement bien ecrit, je me suis trop reconnue et surtout j’ai pas arrete de me dire que j’aurais pu l’ecrire! Bravo… je kiffe et je partage 😉

  • bredson

    Reply Reply 19/10/2012

    à Fond d’accord, on a qu’une vie, elle nous appartient et c’est pour en faire quelque chose de merveilleux pas pour la donner à autrui mais être le meilleur de nous même! Et pour cela il va falloir s’accrocher et se focaliser sur notre but 🙂

  • Moumou

    Reply Reply 06/10/2013

    Coucou !!:)
    Au top ton article j’aurais pu l’ecrire !! 🙂
    J’ai vecuun temps en Espagne, puis aux US, je suis revenue en France y’a 1 an et demi en me disant bah je vais me poser comme tout le monde…. j’ai bossé et maintenant ça me soule !
    Le destin a voulu que je rencontre quelqu’un qui n’en peut plus de ce qu’il fait et qui découvre que le monde est grand, et qu’on a tellemen,t de choses à voir plutot que resté ici dans un pays si etroit d’esprit avec des gens si fermés aussi …
    Il souhaite barouder un peu en Colombie , Amérique Latine, puis US et why not ailleurs !!!^^
    Pour moi c’est la même avec lui pourquoi pas, mais même sans finalement !!
    Mais comme tu le dis si bien on est tellement guider par nos peurs que du coup on ne risque rien, sauf que la vie qu’on ( que je ) mène ici ne me rend finalement pas + heureuse que ça … le bonheur est ailleurs, le bonheur pour moi c’est le soleil, c’est rencontré des gens différents, m’enrichir d’eux et découvrir toujours plus !
    Bon encore faut il avoir les moyens financiers pour faire tout ça !!!!!

  • Bonjour Aurélien et bonjour à tous,
    J’ai bien aimé cet article, je reconnais un certain nombre de points qui m’ont déjà interpelés et sur lesquels j’ai pris le temps de réfléchir. Depuis plusieurs années déjà j’essaie systématiquement de progresser en essayant d’agir. J’essaie de privilégier l’action pour que mes rêves ne reste pas à l’état de rêve mais deviennent réalité. Ca a été le cas par moment et c’est terriblement bon. J’avoue aussi que dans d’autre cas ça n’a pas fonctionné. On ne gagne pas à tous coup. Par contre, dans tous les cas j’ai appris une chose fondamentale : un rêve qui se réalise c’est beau et bon, mais jamais autant que les moyens mis en œuvre et le chemin parcouru pour l’atteindre.

Leave A Response

* Denotes Required Field

Pas de commentaire avec ancre optimisée (du style: "comment gagner de l'argent", ou "blog voyage"), merci !