Ne vous faites pas arnaquer par la crise !



Dans cette vidéo tournée à Istanbul, je vous explique comment ne pas vous faire arnaquer par la crise.

Est-ce que vous partagez mon avis sur la crise financière ?

Donnez votre avis en laissant un commentaire ci-dessous >>


58 Comments

  • Chacun aura son ressenti sur cette question.
    Il appartient aussi à tous de savoir se prendre en main, même si tout le monde n’aura pas les même capacités d’adaptation.
    Je suis d’accord sur le fait que l’on ne cesse de nous rabâcher que c’est la crise, et oui c’est saoulant d’entendre ça à longueur de journée.
    Néanmoins, pour ce que je vis actuellement, je peux te confirmer que la crise existe belle et bien…

  • Aurélien

    Reply Reply 11/05/2012

    Merci pour ton retour Fabien, est-ce que tu peux préciser ce que tu es en train de vivre ?

  • C’est très simple : je suis issu du milieu de la finance / assurance. Fin 2011, la politique commerciale de mon employeur était devenue contraire (selon moi) au respect des clients, je suis parti. Je n’avais jamais eu de difficultés par le passé à trouver du travail dans ce domaine professionnel. Là c’est refus sur refus : crise + incertitudes fiscales des groupes financiers = l’horizon n’est pas dégagé, ils attendent. C’est un constat. Mais pas de soucis, je m’adapte…

  • Aurélien

    Reply Reply 11/05/2012

    Je suis sincèrement désolé pour toi Fabien. J’ai été plusieurs fois en recherche de travail, je sais combien c’est difficile et je te souhaite de trouver une solution rapidement.

    C’est évident que beaucoup de français rencontrent des difficultés, ce que je voulais pointer du doigt c’était le fait que les médias ne parlent que de ça et ne montrent pas autre chose.

    Bonne chance à toi.

  • Julien

    Reply Reply 11/05/2012

    Hello, je m’accorde pas mal avec l’idée générale.
    J’irais même plus loins, je pense qu’à force de stigmatiser le grand public sur le fait que nous vivons une crise sans précédents, on change radicalement leur manière de consommer et on s’enfonce encore plus dans le cercle de la récession. La France a la chance d’être relativement préservée et de donner des moyens pour créer de nouvelles choses

    Il reste des opportunités, beaucoup de gens autour de moi ont utilisé le contexte de la crise pour répondre à de nouveaux besoins de clientèles, d’autres suivent l’économie et s’expatrient vers des pays en voie de développement.

    Quoi qu’il en soit, je m’accorde sur le fait que se plaindre et se recroqueviller, c’est autant de temps perdu à ne rien créer !

    • Jérémy

      Reply Reply 11/05/2012

      Tu mets le doigt sur un point intéressant, Julien. A force d’être constamment harcelé de messages alarmants, on finit par prendre peur et au lieu d’aller dépenser nos sous dans les boutiques ou en sorties, on les met de côté sur un livret en se disant que ça nous sera utile quand l’économie ira encore plus mal.

      Sauf qu’en agissant comme ça, on accentue le mouvement. On amplifie le climat de crise (car elle existe, c’est clair), et on ne tourne pas les choses dans le bon sens.

      J’ai entendu dans une émission politique, y’a pas très longtemps, que les mots qui étaient les plus revenus pendant la campagne présidentielle, c’était le champs lexical de la peur, de l’angoisse, avec des termes comme « chômage, crise, etc ». Le journaliste expliquait qu’en comparaison, dans les campagnes précédentes, c’était des mots comme « espoir, espérance, avenir, bonheur » qui étaient les plus utilisés.

      Et je suis persuadé que si on étendait cette recherche à l’ensemble des médias, et pas seulement au vocabulaire des hommes politiques, on constaterait une augmentation hallucinante des termes « peur, crise, chômage & co ».

      Pour en revenir à la vidéo d’Aurélien, c’est clair : la crise a bon dos. Elle sert d’excuses à beaucoup pour ne pas avancer, en se disant qu’avoir un job c’est déjà fantastique, qu’il ne faut pas viser trop haut, etc.

      La boîte pour laquelle je bossais a coulé en juin dernier. Je me suis retrouvé au chômage. J’avais deux possibilités : retrouver du travail dans ma branche, en sachant que ça serait compliqué (plus en devant faire un sacrifice énorme sur le lifestyle : j’habite dans une petite ville de province et il n’y a aucune opportunité pour moi à moins de 300 km, et je n’ai pas forcément envie de tout quitter ici), ou alors tenter l’aventure de la création d’entreprise, et m’en sortir par mes propres moyens.

      Inutile de vous dire que c’est la deuxième solution que j’ai choisi (et je ne suis toujours pas mort de faim 🙂 ).

      Bref, éteindre sa télévision (pas trop souvent quand même, sinon je n’aurais définitivement plus de boulot 😀 ), mais garder en tête que crise ou pas, il faut se battre continuellement pour avancer.

  • Bruno

    Reply Reply 11/05/2012

    Je suis assez d’accord avec toi, il faudrait se poser la question suivante : « Est ce qu’on serait autant en crise et est ce que les gens ne seraient pas plus heureux s’ils ne lisaient / regardaient pas les infos ». Un peu d’optimisme mer** !!!!
    Sinon j’ai bien aimé ton attitude dans la vidéo, mais on entend un peu trop le vent 😉
    A+

  • Bravo Aurélien, bien dit !

  • Julien

    Reply Reply 11/05/2012

    Excellente vidéo Aurélien.
    J’entends souvent « par les temps qui courent , avoir un boulot , c’est déjà bien, prends la première chose qui passe, même si ce n’est pas ce que tu cherches. Surtout avec la crise ».
    Il y aura toujours un poste adapté à chaque CV et il y aura toujours les « bons » (compétents, rentables , efficaces).
    Julien

  • Erwan56

    Reply Reply 11/05/2012

    Salut Aurélien,

    la crise a agravé les choses et il y a moins de boulots, c’est une certitude. En revanche tu as bien raison de dire que les médias véhiculent un climat pésimiste et qu’il serait bon de donner de l’espoir aux gens pour qu’ils aient envie de se dépasser.

    L’autre fait est que le Français aime avoir le dernier iphone, d’aller au restaurant, d’avoir internet chez soi, …. et il faut donc gagner un peu plus pour pouvoir avoir TOUT.

  • Pascal

    Reply Reply 11/05/2012

    Encore une fois entièrement d’accord avec toi Aurélien!
    Ma méthode pour ne pas entendre sans arrêt que c’est la crise? je ne regarde pas les journaux télévisés!
    je vais sur le site des journaux et je lis les articles qui m’intéressent et dont le titre semble véhiculer une réelle information inédite! Marre des redites incessantes!
    Et le principal: bon séjour à Istanbul!

  • Alexandre

    Reply Reply 11/05/2012

    Bonjour Aurélien,

    Oui elle a bon dos la crise !!!
    On entend depuis des mois et de façon unanime que si la Grece sort de l’Europe, on coulera avec….
    J’ai lu récemment dans un article d’un éditorialiste réputé que l’Europe pouvait s’en sortir même sans la Grece

    Y a-t-il une stratégie derrière tout ça ? veulent-ils (politiques et médias) volontairement véhiculer un sentiment de peur et de panique ?……

  • Je ne suis pas totalement d’accord avec toi Aurélien. Je suis d’accord qu’en France il y a de la richesse ( pour info la France est le pays qui compte le plus de millionnaire en Europe) cependant la crise touche surtout les p’tits ouvrier du monde industriel.

    L’écart de richesse entre ceux du bas et d’en haut ne cesse d’augmenter.
    Moi qui bosse dans le secteur automobile je peux te dire que l’on ressent au quotidien cette crise car réduction des effectifs et augmentation des charges des postes de travail.

    Je suis d’accord que l’on est mettre de son destin, que si l’on veut autre de sa vie c’est faisable mais, malheureusement cette vie là n’est pas accessible à tous!

  • Gilles

    Reply Reply 12/05/2012

    Bonjour et Merci aurelien
    Les constats sont simples
    Effectivement un certain type de salaries employes ont un profil qui ne leur permet pas de retrouver facilement un emploi
    (Être reste trop longtemps chez le même employeur)
    On peut se faire virer je ne compte pas le nombre de fois ou je l’ai été
    J’ai toujours rebondi
    Des solutions existent
    Des entrepreneurs mentors peuvent nous aider à nous lancer
    Dont tu fais partie Aurélien
    ce qui me surprend souvent dans les discussions ,Ce sont souvent les personnes qui subissent le plus la crise qui ont un emploi mal paye ,sont mal consideres par leur hiérarchie
    Et ces personnes n’ont pas le réflexe de dire je me renseigne je me lance bref je me prends en main……
    Qu’ont t’ils a perdre
    Un petit salaire ok smic +10%
    Des conditions de travail nulles épanouissement=0
    Évolution=0
    Retraite=0
    Par contre ils parlent de la crise la renforcent en eux même et chez les autres donc pas d’avancée possible pourtant ce sont des personnes intelligentes études sup
    Il Sont jaloux de la réussite des autres
    Je ‘m’arrête

    Gilles

  • Yo

    Reply Reply 12/05/2012

    Bonjour Aurélien,

    Effectivement je pense plutôt comme toi. La crise est un bon moyen de faire peur au jeunes comme au plus âgés.

    Ce qui permet d’ailleur de faire baisser les salaires quand on cherche un travail. Avec des « c’est la crise » « beaucoup attend derrière vous » ect

    Je pense qu’il est toujours possible de trouver un travail bien payé mais il faut simplement prouver sa valeur.

    À bientôt

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    La vraie Crise est devant nous (pas derrière…) :

    http://www.dailymotion.com/video/xqq3hp_xerfi-canal-alexandre-mirlicourtois-lettre-ouverte-a-francois-hollande_news?start=0

    Ce qui arrive est tout simplement inévitable. C’est le système financier et monétaire mondial qui, fondé sur une arnaque depuis plus de 300 ans, va s’écrouler (système à réserves fractionnaires des banques… (http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9ation_mon%C3%A9taire) : http://www.youtube.com/watch?v=_m6fTUYU-Tc&feature=youtube_gdata_player

    Cependant, une crise de cette ampleur est aussi une formidable opportunité pour ceux qui sauront en tirer profit.
    Historiquement, c’est toujours lors des grandes crises majeures que les plus grandes fortunes se sont faites.

    D’après mes indicateurs il reste environ 3 semaines / 1 mois avant le début du Grand Plongeon des Bourses mondiales… :-))

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    Vous pouvez aussi regarder avec attention les interventions vidéos de Paul Dontigny au Québec qui vous explique pourquoi la situation est à ce point explosive : « Ne paniquez pas… Vendez vos actions » : http://www.ipdj.net/2012/04/09/blogue-pdj-video-ne-paniquez-pas/

    Quand j’entends certains dire qu’il faut investir dans l’immobilier (Anicette…), je dirais simplement qu’en ce moment c’est le Suicide Garanti… :-((

    L’immobilier est promis à une chute de -50% au bas mot dans les 2 ans à venir…

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    Concernant l’immobilier, je peux dire que j’ai un peu d’expérience…
    J’ai acheté un petit studio de 24m² sur plans en 1998 dans le 16ème arrdt. (au plus bas, pour 90 000 Euros).
    Il est valorisé aujourd’hui 220 000 Euros et je le loue pour 1200 Euros la semaine actuellement en meublé (11 mois maximum), Rapport = environ 10%/11% sur le prix d’achat (après charges et impôts déduits).

    http://www.parisattitude.com/rent-apartment/jasmin,Apartment,Studio,8119.aspx

    De l’immobilier qui rapporterait moins de 7% n’est pas une bonne affaire…
    Si je devais acheter aujourd’hui cet appartement, il me rapporterait environ 5%… Ce serait une TRÈS mauvaise affaire 🙂 !!!
    Investir dans l’immobilier, oui, mais pas au sommet de la Bulle !!!

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    Je vois que tu cherches des idées d’investissement…

    Voici quelques conseils :

    1) Tu oublies l’immobilier pour l’instant (tu loues !!!).
    2) Tu investis dans une matière Première qui vient de perdre -95% de sa valeur depuis 2008… Laquelle… ???
    = Le Gaz Naturel !!! (et Oui… Gaz de Schistes, tu connais ?), alors regarde ce graphique (sur la durée Maximum) : http://www.boursorama.com/bourse/cours/graphiques/historique.phtml?symbole=1rPNGASP

    On est passé de 2 Euros en 2008 à 0.089 Euros hier… !
    => Il faut acheter au plus bas et attendre (le Gaz conservera toujours une valeur même s’il ne remonte pas sur 2 Euros tu peux espérer du 100% assez facilement… 🙂

    3) Tu investis, une petite partie de ton argent sur des Trackers BX4 baissiers (= lorsque la Bourse -1%, toi tu gagnes +2%).
    Si tu ajoutes un effet Levier de 3 (5 Maxi), =>-1% de Baisse = +6% de gains…)
    Etant donné que je m’attends à une chute Boursière de -50% minimum… (-50% => +300% de Gains…).
    http://www.boursorama.com/bourse/trackers/etf.phtml?symbole=1rTBX4

    Le BX4 est passé de 50 à 160 entre 2007 et Mars 2009… Il est aujourd’hui redescendu sur 40 environ…
    La prochaine Crise va le faire remonter sur au moins 90 Euros d’ici 2013…
    Si tu joues bien, tu peux faire +300% assez rapidement !

    4) Tu transformes tes Euros en Francs Suisses ou bien en Dollars Singapouriens = parmi les meilleurs refuges dans la situation qui va nous tomber dessus « par surprise » (mais ce ne sera une surprise pour les traders !!!).

    Voili, voilou…
    Good Luck, on va en avoir Besoin !!!

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    Pour info. pour Laurent@les-peugeot-mythique, Peugeot a vendu son siège Historique Avenue de la Grande Armée il y a moins d’un mois pour 240 Millions…

    Maintenant ils sont LOCATAIRES dans l’immeuble… !
    Et, de plus, ils ont été obligés de faire alliance avec General Motors qui leur a apporté 1 Milliard de Cash (Perdu au 4ème Trimestre 2011…).
    C’est un peu le « Baiser de la Mort » de la part de General Motors…
    La famille Peugeot a été obligé de faire ça car en 2009, le gouvernement français leur avait prêté 3 Milliards (perdus au 3ème Trimestre 2008…)… Mais aujourd’hui l’Etat français est « A SEC »… Donc, il ont trouvé une solution non satisfaisante dans l’Urgence… !!!
    Désolé de casser l’ambiance… Mais oui, la crise est bien réelle !!!

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    J’ajouterais au sujet de General Motors : sauvé de la faillite en 2009 par l’Etat US, lui même « sauvé » temporairement par la « Planche à Dettes » de la FED…

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    La source pour la vente du siège Peugeot Avenue de la Grande Armée (si certains ne voudraient pas y croire…) :

    http://www.leblogauto.com/2012/04/peugeot-a-vendu-son-siege-social.html

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    Un Blog très bien informé à connaître : http://www.zerohedge.com/

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    Un site qui vous explique en détails pourquoi nous sommes dans une Crise Majeure (bien pire que celle de 1929 – 1933 = une petite « crisette » par rapport à ce qui nous attend…) :

    http://www.phoenixcapitalmarketing.com/pwa%20copy/pwa-eu.html

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    Je vous invite vraiment à lire tout ce que les Médias nous cachent sur la profondeur de la Crise à venir :

    http://www.phoenixcapitalmarketing.com/pwa%20copy/pwa-eu.html

    A Disaster Bigger Than Anything
    We’ve Seen In Our Lifetimes

    When Europe goes down (and it will), it’s going to rock the financial world like nothing else we’ve seen. Central banks around the world are already leveraged to the hilt after simply ‘propping up’ the markets for the last 4 years.

    The Fed cannot simply hit « print » and solve everything. The last time they tried it, food prices hit record highs and revolutions began spreading across emerging markets. If the Fed hits « print » again to try to save Europe, inflation will erupt in the US and aboard. Moreover the political fall-out would be enormous (remember, this is an election year in the US).
    Now I guarantee you Ben Bernanke and the rest of the Fed know this. They also know that the IMF can’t step in to help Europe. Remember, the IMF is ultimately a US-backed entity. And do you think US voters would allow a US bailout of Europe? No way. Case in point, the IMF has already asked for more money over three times in the last six months. And the answer from the US has always been the same: « No. »

    Which means that Europe is going to collapse. Literally no one has the firepower — or the political support — to stop it. This means you must start getting ready for it now.

    I’ll explain the exact ‘timing triggers’ in just a moment. But first I want to help you understand just how critical things are in the Euro-zone.

    Revealed: The Ugly European
    Debt Secrets Your Banker
    Doesn’t Want You To Know

    The sheer size of the looming disaster will be much more destructive than anything we’ve seen so far. The coming fall-out will be disastrous for the global banking system. That includes our very own US banks and other financial institutions.

    And that’s why most everyone in the bought-and-paid-for US media is trying to pretend that everything’s OK

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    Vous voulez savoir si votre argent est en sécurité dans une banque… ?

    Vous risquez d’avoir de très mauvaises surprises… (en fait les 25 plus grandes banques mondiales sont déjà TOUTES en faillite depuis 2008. Elles existent toujours uniquement par des artifices comptables, la « planche à dettes » de la BCE et FED).

    Notamment le Crédit Agricole et la Deutsche Bank… (BNP et SG sont « bien placées » aussi dans le classement des faillites… !

    http://chevallier.biz/2012/04/big-banks-us-systemiques-1%C2%B0-trimestre/

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    Marc Faber (financier suisse), l’homme qui avait annoncé le Krach de 1987, dit aujourd’hui que nous allons connaître aussi un Krach si les indices boursiers continuent de monter :

    http://finance.yahoo.com/news/faber-sees-crash-1987-u-145557793.html

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    Vous pouvez aussi avoir une bonne analyse des raisons de la Crise à venir de la part de Charles Gave :
    Auteur de « l’Etat est Mort, Vive l’Etat »

    http://institutdeslibertes.org/2012/05/09/prenons-un-peu-de-hauteur-et-revenons-en-arriere-analyse-sur-la-crise-a-venir/

    Prenons un peu de hauteur et revenons en arrière. Analyse sur la crise à venir
    POSTÉ PAR CHARLES GAVE ⋅ MAI 9, 2012 ⋅ 87 COMMENTAIRES
    CLASSÉ DANS CRISE DE L’EURO, ECONOMIE, ELECTION, MONNAIE, TRAPPE À DETTE, USA
    Au XIX siècle, les cycles économiques se passaient toujours en quatre étapes.

    · D’abord venait la période d’expansion, engendrée par un phénomène tout simple : la rentabilité du capital investi était supérieure au cout du capital et donc tout le monde investissait. L’expansion était très forte, tirée par un fort accroissement du crédit bancaire. Ces périodes d’expansion duraient en général cinq à sept ans, comme dans la Bible (les vaches grasses)

    · Tous ces investissements déclenchaient ,avec le passage du temps, une baisse de la rentabilité marginale du capital , ce qui est inévitable. Un jour les marchés se rendaient compte que la rentabilité était en train de passer en dessous du coût du capital. A ce moment là, se déclenchait la phase dite de « panique » ou le prix des actifs s’écroulait à toute allure. Pour faire simple, les prix des actions et de l’immobilier tombaient en chute libre. Comme beaucoup de gens avaient emprunté pour acheter des actions, des machines ou de l’immobilier, des appels sur marge avaient lieu, ce qui entretenait la baisse qui s’accélérait. Bien des banques faisaient faillite, ce qui réduisait la masse monétaire et déclenchait des phénomènes déflationnistes qui rendaient l’ajustement encore plus difficile … En général, ces baisses duraient neuf à 12 mois et l’on perdait facilement la moitié de son argent…

    · Quand tous les gens en position spéculatives avaient été soigneusement essorés, comme plus personne ne voulait emprunter, les taux d’intérêt courts s’écroulaient et une forte hausse se produisait dans les marchés financiers, sur l’idée que le pire était passé. Cette hausse durait en général entre neuf et dix huit mois et était suivie par le vrai désastre que les spécialistes de l’époque appelaient « la dépression secondaire » qui elle pouvait durer entre trois et cinq ans. A l’origine de cette dépression secondaire, une réalité toute simple. Le cout du capital était certes très bas, mais la rentabilité du capital était souvent devenue négative compte tenu des surcapacités créées pendant la période d’expansion, chacun produisant à perte en espérant tenir plus longtemps que les concurrents, ce qui prenait pas mal de temps comme chacun peut s’en douter.

    Ce cycle, « 1 euphorie, 2 panique, 3 soulagement, 4 dépression » a marqué l’histoire économique durant tous les débuts du capitalisme, le cycle dans son ensemble prenant entre 10 et 12 ans pour se dérouler.

    Cette mécanique infernale, résultat tout à fait logique de l’étalon or, fut cassée après la deuxième guerre mondiale par l’arrivée du « Dollar exchange standard » (Bretton Woods), puis ensuite par l’acceptation par tout un chacun des taux de changes flottants.

    En cas de crise, les USA qui disposaient et disposent toujours de la monnaie de réserve étaient toujours d’accord pour imprimer de l’argent et vivre au dessus de leurs moyens et qui plus est, ceux qui avaient exagéré pouvaient toujours dévaluer (en cas de change fixe avec le dollar, France Aout 1971) ou laisser leurs monnaies se casser la figure (Asie 1998) pour rétablir leurs équilibres.Le prix à payer (Il n’y a pas de repas gratuit, disait Milton Friedman) fut un accroissement du rôle de l’Etat et une dérive inflationniste, variable mais toujours présente de 1946 à nos jours.

    Ce que je veux décrire aujourd’hui ce ne sont pas les vicissitudes du système des paiements internationaux depuis 50 ans, mais comment les génies qui ont présidé à la création de l’Euro nous ont reconstruit un système similaire à celui de l’étalon or et comment cette ânerie gigantesque dont les peuples d’Europe payent tous les jours le prix nous a ramené les « dépressions secondaires » qui avaient disparu de l’histoire économique depuis un peu moins d’un siècle.

    L’Euro, de fait n’est rien d’autre qu’un « DM exchange standard », le rôle de l’Allemagne étant pour la zone Euro celui qu’avait le Dollar dans le vieux système de Bretton Woods .Une légère différence saute cependant aux yeux : Les USA acceptaient et acceptent toujours d’avoir des déficits de leurs comptes courants et donc fournissent de la liquidité au monde. Vivre au dessus de leurs moyens n’a jamais vraiment jamais gêné nos cousins d’Outre Atlantique

    L’Allemagne en revanche, est un pays profondément mercantiliste dont l’économie est gérée pour engendrer sans fin des excédents extérieurs. Si les autres pays ont un déficit, eh bien c’est de leur faute, ils n’ont qu’à faire comme les Allemands, avoir un excédent extérieur. Chacun se rend bien compte que tout le monde ne peut pas avoir des excédents en même temps, mais voila qui ne vient pas à l’esprit de Madame Merkel.Une autre solution serait que l’Allemagne continue à prêter de l’argent aux autres peuples pour qu’ils continuent à acheter des produits teutons, chacun se spécialisant dans ce qu’il fait le mieux, les citoyens du sud consommant au soleil tandis que les allemands travaillent dans les brumes.

    Pour des raisons de pur égoïsme, les allemands ne veulent pas en entendre parler.

    Ne reste donc pour les autres pays qu’à contracter leur demande interne et à se payer récession sur récession, ce qui nous ramène à notre sujet de la dépression secondaire qui commence à frapper l’Europe

    Prenons l’Espagne par exemple et analysons ce qui s’y est passe dans le domaine économique depuis un peu plus de 10 ans

    1. Les taux très bas (conséquence de l’euro) créent un boom immobilier qui dure de 2002 à 2008 (nos 7 ans de vaches grasses).

    2. La phase de panique se déclenche en 2008 après la faillite de Lehmann brothers et dure à peu prés 9 mois. Le marché des actions baisse de plus de 50 % sur ses plus hauts.

    3. Les banques centrales écroulent les taux courts. Avec l’effondrement des taux courts, nous avons un solide rebond sur le marché des actions qui remonte de 66% (ce qui le laisse quand même beaucoup plus bas qu’en 2007…merveille de l’arithmétique !)

    4. Mais horreur, les prix de l’immobilier continuent de baisser tant la construction passée a été excessive. Le pays rentre à l’évidence dans une «dépression secondaire», déjà fort visible en Grèce, ou au Portugal

    Dans le passé, la peseta aurait dévaluée et les Allemands se seraient précipités pour acheter la partie des Baléares qu’ils ne possèdent pas encore, mais cette voie de sortie est bloquée par l’Euro. Comme le cout du travail est trop élevé, les exportations ne se développent guère et les investissements venant de l’extérieur se tarissent. Le déficit budgétaire explose.

    Comme la faillite guette, plus personne ne veut prêter à nos voisins d’outre Pyrénées (et surtout pas l’Allemagne) et donc, compte tenu de la taille des déficits à financer, qui de plus s’aggravent, les taux Espagnols montent, en pleine dépression, plongeant le pays dans une trappe à dettes qui ne peut avoir d’autre sortie que la faillite.

    L’Espagne en pleine dépression secondaire a donc perdu tous les moyens de s’ajuster. L’Espagne qui en est déjà à 25 % de chômeurs et 51 % de sans travails chez les moins de 25 ans va donc continuer à s’enfoncer, comme la Grèce, comme l’Italie et comme bientôt la France.

    Voila qui est inévitable et qui n’est que la conséquence logique de l’Euro.

    Un mot d’espoir pour finir : les dépressions secondaires sont souvent marquées par des révolutions ou des émeutes qui sont rarement favorables à la paix civile ou au remboursement de la dette mais qui permettent de virer les incompétents qui sont a l’origine de la situation et donc de redresser la situation A quel moment va-t-il y avoir –enfin- une révolte contre la tyrannie Eurocratique, bien malin qui pourrait le dire. Par contre, il est tout a fait certain que la révolte des Peuples Européens contre cette soi disant élite que personne n’a jamais élu et qui nous impose un projet dont personne ne veut plus, n’est plus très loin.

    Les élections Françaises et Grecques en sont un signe annonciateur..

    Reste donc à attendre l’arme au pied (c’est-à-dire avec son argent en dehors d’Europe), que les Peuples du vieux continent reprennent le contrôle de leurs destinées, pour le meilleur ou pour le pire et que ce faisant ils enlèvent le Pouvoir aux technocrates incompétents pour le redonner aux citoyens

    Voila qui ne saurait tarder. Le plus tôt sera le mieux.

  • Patrick

    Reply Reply 12/05/2012

    http://lafaillitedeletat.com/

    « Pourquoi la faillite étatique qui s’annonce est une bonne nouvelle »

  • Aurelien, comme je le dis souvent je suis un economiste de la vie.
    L’investissement espagnol dont je t’ai parler c’est précisement parce que il y a une fausse crise, la finance ne transformera jamais la costa blanca en le havre (ou istanbul), les Hollandais et les Allemands y sont adepte depuis 30 ans. Donc crise immibiliere surement pour ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter, crise des marchés de capitaux, LOL, par au investisseur de Fixed Incomes pour voir ci c’est la crise, crise sociale, mon oeil au moment ou les sondages mettaient la france au top des pays raciste, ils ont voté pour un president mondialiste. Oui la crise c’est de la connerie, j’alterne les CDI, CDD et entreprenariat quand je veux depuis plus de 10 ans. Je retournerais probablement en CDI pour creer tranquillement mon business sans risque et on me dit qu’entreprendre c’est risquer, sinon à ta question si je connais des victimes de la crise oui, Cedric A. qui a fait partie des milliards de synergies de la strategies financier d’une grande banque en periode de crise. Contrairement a d’autres de ses collegues il dispose d’une double protection les aides sociales et son business. Moralité, il faut choisir le bon pays et ne jamais arrete d’investir en adaptant sa strategie au « crise ». Pour ce qui ont eté en start en 2000 ils savent que le phenome blogging c’est les start-up 2.0 ça petera il faut juste preparer « ta crise ». Mais avec les milliers de delocalisation qui impacte les moins eduque oui il y a une crise mais pas des marché une crise economique dans toute sa globalite.

    • Aurélien

      Reply Reply 13/05/2012

      Roméo ça fait 2 ans que tu me suis sur ce blog et pourtant tu n’as toujours pas compris ce que je faisais.

      Mon projet ce n’est pas un hobby qui passera avec le temps mais c’est le développement d’une véritable entreprise pérenne.

      J’en parle dans la dernière vidéo sur Bloguer Tv:

      Comment créer une startup à partir d’un simple blog

      • J’en suis consciens je dis juste attention à la « commoditization ». Le blogging est une start-up 2.0 qui fournit un nouveau canal de publicité. Pour l’instant les pioniers sont gagnant mais dans quelques mois ou plus les traditionel de la pub s’attaquerons au marché et soit mangeront les petits soit cannibaliseront leur marché. Exemple, moi et plein d’autres lisont ton site pour voyager avec un autenthique barroudeur, rien n’empeche lonely planet et le routard de s’attaquer a ton marché mais avec un « working capital » plus mechants.
        Ce blog est en effet une veritable start-up et deviendra je l’espere une veritable entreprise pérenne. Et pour une start up Francaise c’est clairement impréssionant, ça donne envie de dire au X, ENA et HEC de retourner à l’école ou revoir transformer les programmes d’entreprenariat Francais.

  • Patrick

    Reply Reply 13/05/2012

    Olivier Delamarche qui intervient tous les mardis matin sur BFM Business…

    http://youtu.be/eJpLEz5J-IQ

  • Philippe

    Reply Reply 13/05/2012

    Il n’y a que la crise que la haute finance décide de nous servir.
    Sans une redistribution des richesses, on va droit à la catastrophe même pour ceux qui en veulent et qui ont la « pêche ». Les banques et les gros investisseurs ponctionnent chaque année plus de cent milliards dans l’économie traditionnelle de la France. Cet argent s’envole dans la spéculation et les gens sont donc forcément de plus en plus pauvres. Donc, on est d’accord, de l’argent, il y en a mais il y en a trop dans certaines poches et pas assez dans d’autres.

  • Patrick

    Reply Reply 14/05/2012

    Voir dans la crise la dernière meilleure chance pour unir l’Europe… (Folie… !!!)
    Seeing in Crisis the Last Best Chance to Unite Europe

    MR. SCHÄUBLE said the German government would propose treaty changes at the summit of European leaders in Brussels on Dec. 9 that would move Europe closer to the centralized fiscal government that the currency zone has lacked. The ultimate goal, Mr. Schäuble says, is a political union with a European president directly elected by the people.

    “What we’re now doing with the fiscal union, what I’m describing here, is a short-term step for the currency,” Mr. Schäuble said. “In a larger context, naturally we need a political union.”

    Critics say the spending cuts German leaders have demanded from other countries are hurting growth across the Continent, in the process making debts only harder to repay. And his proposals to give the European Commission far-reaching powers to enforce budgetary discipline have been likened by skeptics in Britain to an invasive new “super state.” Even some euro supporters fear that Mrs. Merkel and Mr. Schäuble are talking about long-term changes while panicked investors and practiced speculators are tearing the euro to pieces right now.

    “There is a limited transition period where we have to manage the nervousness on the markets,” Mr. Schäuble said. “If it is clear that by the end of 2012 or the middle of 2013 that we have all the ingredients for new, strengthened and deepened political structures together, I think that will work.”

    He sees the turmoil as not an obstacle but a necessity. “We can only achieve a political union if we have a crisis,” Mr. Schäuble said.

  • Hello Aurélien,

    Dans les derniers articles de mon blog, je parle de la nécessité de passer à la vidéo pour faire la différence. Et je vois que tu n’écris même plus d’articles, et que la vidéo fait tout le reste 🙂

    En tout cas, super sympa…

    Comment se passe le « tournage » dans le cas de cette vidéo, où celle à Copacabana?

    Amicalement,

    François

    • Aurélien

      Reply Reply 14/05/2012

      Salut François,

      j’ai du écrire 1 000 articles sur l’ensemble de mes blogs et même si je vais continuer à en écrire j’avais envie de tester d’autres choses et de progresser dans la vidéo.

      Ca fait un an que je passe devant la caméra pour réaliser des vidéos et j’ai beaucoup progressé, de plus j’ai maintenant un Iphone 4GS et la qualité de la caméra est phénoménale, ce qui me permet de tourner facilement des vidéos comme celles-ci.

      Etant donné que je voyage beaucoup l’idée c’est aussi de faire des vidéos vivantes et distrayantes (il se passe parfois des choses imprévues à l’écran) tout en fournissant des conseils.

      • Wow, avec un Iphone 4GS????
        Impressionnant!

        En tout cas, j’adore ces petites vidéos, naturelles et distrayantes (comme tu le dis, ça dépaysage et c’est tant mieux!).

        J’espère faire de même en Thaïlande cet été!

        A très bientôt 😉

  • Salut Aurélien.
    Avant-hier en observant mon petit enfant de 21 mois découvrant un peu apeuré la piscine pour la 1ère fois, je repensais à ta vidéo sur la crise. Oui, j’ai pris conscience à ce moment-là que la plupart d’entre nous sont au bord de (ou dans) la crise comme on peut l’être au bord de l’eau quand on ne sait pas nager et que le problème ce n’est pas l’eau mais de savoir nager.

    Bref c’est venu conforter et confirmer ce que tu dis et que je ressens également depuis toujours quand on parle de cette fameuse crise: Il s’agit d’une grosse arnaque car celle-ci n’existe pas ailleurs que dans la tête de ceux qui y croient.

    Ou en tout cas, si crise il y a, il s’agirait plutôt d’une crise de conscience qui est d’ailleurs en fait beaucoup plus ancienne, datant depuis le temps (des millénaires?) où nous pensons être victimes des situations extérieures ou d’un système.

    C’est en fait, si on regarde bien, juste la crise de l’entité effrayée par la liberté (et je pense en faire parfois partie 😉 ) notamment de réaliser pour le futur nageur que la découverte d’un autre monde est possible, s’il veut bien se décontracter et envisager que nager c’est simple et naturel et qu’il suffit d’essayer, de se lancer et d’apprendre.

    Concernant la crise, c’est un peu la même chose, la solution étant de se rendre compte qu’il suffit de se rendre dispo à « l’intelligence créatrice » déjà présente en nous et de se laisser porter.

    En fait ce qui est paradoxal et serait presque comique, si cela ne générait pas autant de souffrance, c’est effectivement, comme tu le suggère toi-même ici, le fait qu’on veut soi-disant sortir de cette crise (qui n’existe que pour ceux qui y croient) tout en cultivant la peur que ça risque d’être de pire en pire. Et je ne parle pas des médias et autres émissions et journaux télévisés qui font bien flipper tout le monde avant de se coucher au lieu de donner des clefs et techniques inspirantes permettant de développer son bien-être et sa créativité, seule base de la réussite dans tous les domaines. Ce type d’infos est heureusement disponible mais c’est à nous de la rechercher via la littérature ou sur Internet par exemple et/ou autres psychothérapies.

    En même temps, la situation dans son ensemble est assez cohérente car cette peur de la liberté au niveau individuel, s’exprime évidemment au niveau collectif (le monde est notre reflet). En effet l’humanité semble avoir des difficultés à s’émanciper quand on observe comment toute les formes de pouvoir en place (monarques, présidents, patrons, éducateurs, etc.) s’évertuent la plupart du temps à maintenir les peuples plus ou moins en esclavage (sous l’emprise de la peur). Nous venons de le voir avec la télé, mais nous pouvons aussi parler de l’éducation et de l’école de la république par exemple où on peut parfois sérieusement douter de l’efficacité et de l’intention. En effet un jeune y apprend quand-même beaucoup que ça va être dur pour lui s’il ne joue pas des coudes (pour ne pas dire écrase les autres), apprend éventuellement aussi à dégommer à la mitrailleuse avec Modern Warfare 3, et aussi à fumer, picoler, etc… tout en mangeant une nourriture douteuse à la cantine qui participe d’une certaine altération du corps et donc de l’esprit.

    Bref (par ce que ça commence à faire long ;)), « ils » disaient « tu accoucheras dans la douleur » et bien je pense que c’est bien de cela dont il s’agit. L’être humain actuellement accouche de lui-même dans la douleur qui perdurera tant qu’il résistera à la splendeur du monde que lui offre la liberté déjà présente en lui et donc tant qu’il aura peur de lui-même.

    J’imagine bien que quand on réussit aussi brillamment que toi cela devient incompréhensible ce dont il s’agit avec cette crise et que cette dernière fait plutôt réagir et pondre ce genre de vidéo (bienvenue et rafraichissante!). Donc merci pour celle-là. Et pour ce que ton parcours stimulant provoque et procure.

    C’est vrai quoi, qu’est-ce que tu as fait toi en réalité pour réussir? A part oser?

    Voilà j’espère que ceci te feras du bien et te calmera un peu. Ne t’inquiète pas, tout est normal…on est juste en plein délire. 😀

    Amicalement

  • Salut Aurélien,

    J’aime beaucoup ton propos car ce que j’y vois en dessous, même si tu ne le dit pas comme cela c’est :

    « Focalisez-vous sur des choses qui vous poussent à grandir », pas celle qui nous tirent vers le bas.

    A un moment tu dis : « moi je connais plein de gens qui développent des business et ça marche »
    Oui, car ton cerveau, ton conscient et ton inconscient sont maintenant focalisés et orientés vers la réussite et vers ce qui marche.

    Et c’est ce que tu dis en filigrane dans ta vidéos : les gens doivent faire un effort pour ré-orienter leur attention, leurs pensées et leurs centres d’intérêt VERS CE QUI MARCHE, vers le positif.

    Pour ça, un bon moyen est déjà d’arrêter de regarder Pujadas. D’éteindre la Télé et de lire uniquement des histoires ou des livres de gens qui réussissent.

    Des centaines de business ont fleuri et des milliers d’hommes ont fait fortune en temps de soit-disante « crise ».

  • Johann

    Reply Reply 14/05/2012

    La peur paralyse, la peur empêche de réfléchir et d’agir et c’est bien pour ça que les médias l’utilisent pour nous empêcher de penser par nous même.
    Eteignez la télé, et commencez à vous inspirer de succès story et d’histoire motivante, ça vous mettra en meilleure condition pour réussir 🙂

  • Patrick

    Reply Reply 14/05/2012

    Facebook sera introduite sur le Nasdaq le 18 mai, l’opération devant rapporter environ 10 milliards de $ dans les caisses du réseau social et environ 1 milliard de $ de cash à son fondateur, Marc Zuckerberg, qui s’apprête à vendre une petite partie de ses titres à un moment parfaitement choisi. Ce sera une des plus grosses IPO de tous les temps aux USA.

    Les grandes IPO se produisent presque toujours au terme d’une période de hausse prolongée, mais le plus instructif dans ce dossier est le niveau de valorisation proposé et l’enthousiasme des investisseurs qui semble être associé (l’offre auprès des investisseurs serait déjà presque entièrement souscrite selon les dernières rumeurs).

    Regardons de plus près ce dossier :

    Le prix proposé (28 à 35$ / action) valorise facebook entre 77 et 96 milliards de $.

    Le chiffre d’affaires de la société est de 3,7 milliards de $ (exercice 2011), et pourrait atteindre 6,1 milliards de $ en 2012 (+64%) selon les prévisions très optimistes des analystes.

    Le bénéfice net était de 1 milliard de $ en 2011, et les capitaux propres d’environ 5,6 milliards au T1 2012 (données issues de ce document officiel, pages 10 et 11).

    Si on retient une valorisation boursière à venir de 90 milliards de $, Facebook est donc valorisée pour son introduction à environ 25 fois son chiffre d’affaires 2011, 16 fois ses capitaux propres et 90 fois ses bénéfices. Quand à un éventuel dividende, on n’en parlera même pas.

    Les acheteurs ne manqueront pas d’évoquer les perspectives de croissance prodigieuses et exponentielles du groupe dans un contexte de « nouvelle ère » indispensable à la constitution du fond de sauce d’une bonne bulle boursière.

    Mais voilà, la croissance de facebook ralentit : pour le chiffre d’affaires, elle était de 154% en 2010, 88% en 2011, et de 44% au T1 2012 par rapport au T1 2011 (avec même une baisse de 6% entre le T4 2011 et le T1 2012, due à des facteurs « saisonniers »).

    Pour le résultat net, on observe une dégradation marquée de la marge au T1 2012 : le R.N. s’élevait à 205 millions au T1 2012 par rapport à 233 millions au T1 2011 et 302 millions au T4 2011. Le taux de marge nette est ainsi tombé à 19,3% sur le T1 2012 contre une moyenne de 30,7% en 2010 et 26,9% en 2011.

    Compte tenu du ralentissement de la croissance et de la baisse régulière du taux de marge, la valorisation proposée paraîtra totalement délirante aux yeux de n’importe quel investisseur ayant un minimum de bon sens, même sans avoir lu les excellents ouvrages de Benjamin Graham.

    Facebook n’est évidemment pas une mauvaise société, elle pourrait même m’intéresser comme valeur de croissance aux environs de 4,5$/action (ce qui donnerait un PER autour de 12 et une capitalisation de 2 à 2,4 fois les capitaux propres).

    Mais qu’il y ait des « investisseurs institutionnels » et des particuliers qui soient prêts à en acheter à 30 ou 35$ constitue pour moi un signe fort de pic d’euphorie sur les marchés US, et de retournement dans les mois à venir. Souhaitons leur quand même bonne chance pour leur nouvel « investissement », ils vont en avoir bien besoin !

    Vous pouvez suivre mes anticipations économiques, la composition de mon PEA et mes opérations avec ma lettre Boostez votre PEA ! .

    Loïc Abadie

  • Salvio

    Reply Reply 14/05/2012

    La crise permet de redistribuer les cartes. Il n’y a pas meilleur moment pour entreprendre qu’en temps de crise.

    Et puis dans la langue chinoise, l’idéogramme « crise » signifie deux choses:

    – danger
    – opportunité

    Et actuellement, ça grouille d’opportunités…

    Avis aux observateurs!

  • Gibran

    Reply Reply 15/05/2012

    Super tes commentaires sur la crise, toujours aussi marrants et motivants. Franchement on sent bien que t’es monté en level niveau coaching motivation.

    J’aime bien le groupe en fond sonore, c’est un groupe turc d’electro new age ? Sound of Noise of Wind ? j’aime bien leur dernier album

  • Aurélien,

    Je te propose la solution suivante en 3 points :
    1) Arrêter de regarder la télé
    2) Ne plus prêter attention aux média
    3) Commencer à t’entraîner en salle à la place 🙂

    Voilà quelque chose qui fera avancer tout le monde.

    Bien à toi

  • Samuel

    Reply Reply 17/05/2012

    Bonjour à tous et Aurélien,

    La crise, la crise qu’ils disaient tous…

    Mais voilà l’argent imprimé par les banques centrales qui vont ensuite dans les poches des banques commenciales, où croyez-vous qu’il va?

    Dans la poche des particuliers et des entreprises qui en ont besoin pour se développer ou consommer. Eh bien non, on est très loin du compte.

    Les banques commerciales et d’affaires utilisent cet argent pour le placer à cours terme pour faire de l’argent avec de l’argent et non pas produire de la richesse pour nous sortir plus vite de la crise dans laquelle on est.

    Du les matières premières agricoles connaissent des niveaux records en terme de prix et les prix de ces matières augmentent donc également. 🙂

    La suite vous la connaissez, famine dans certaines régions du monde car les gens n’ont plus les moyens de subvenir à leur besoin et les prix chez vous montent.

    En gros, les soucis de la crise de 2008 n’ont toujours pas été réglé et le pire reste à venir.

    Je ne suis pas pessimiste de nature mais les faits sont là. 🙂

    A bon entendeur!

  • Benjamin

    Reply Reply 18/05/2012

    La crise reste un véritable cercle vicieux ! Les médias nous disent que nous sommes dans une crise sans précédents, qu’il va falloir se serrer la ceinture, que nous risquons la faillite cela n’amène alors que des pensées négatives dans la tête des gens. Si l’on reste obnubilé par ce que raconte les médias, c’est sur que l’on déprimerai chaque jour !

    Je me rappelle d’une superbe citation de coluche qui disait dans l’un de ces sketchs : « Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c’est une crise. Depuis que je suis petit, c’est comme ça. »

    Il n’y a rien de plus vrai, crise ou pas crise, c’est à chacun d’entre nous de changer les choses, de se booster pour améliorer son quotidien. Par exemple, créer un blog pour devenir libre et indépendant, un exemple au hasard 😉

  • Samuel

    Reply Reply 18/05/2012

    J’y travaille!

    Mon approche prendre l’argent là où il se trouve. Sur les marchés finanicers.

    Mieux vaut que ce soit des particuliers qui empochent que les banques ou les fonds spéculatifs car au moins ils seront taxés par l’état, mais surtout dépenserons leur argent dans l’économie réel qui en a grand besoin.

  • Philippe

    Reply Reply 18/05/2012

    Excellente approche, Samuel, continue d’y travailler et si tu as besoin d’un coup de main …

  • Patrick

    Reply Reply 30/05/2012

    http://www.leparisien.fr/economie/emploi/notre-carte-des-plans-sociaux-jusqu-a-90-000-postes-en-sursis-29-05-2012-2022118.php

    C’est la liste noire qui donne des sueurs froides au nouveau gouvernement. Cet après-midi, la délégation de la CGT va remettre au Premier ministre et à Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, un document répertoriant 46 grands groupes et PME menacés, ou sous le coup d’un redressement ou d’une liquidation. A en croire le syndicat, entre 44000 et 46000 emplois sont en jeu.

    Une liste non exhaustive. Jusqu’à 90000 postes seraient en effet en sursis sur tout le territoire, comme le montre le document ci-contre et la carte interactive mise en ligne sur le site de notre journal.

    « Nous avons réuni nos fédérations la semaine dernière pour pointer tous les dossiers en cours dans toutes les régions de France », explique Mohamed Oussédik, le Monsieur Industrie de la CGT. De l’agroalimentaire, en passant par le textile ou l’automobile, des multinationales aux PME… Personne n’échappe à la purge. Pas même les entreprises publiques. Comme de nombreux observateurs le craignaient, le mouvement se serait même amplifié depuis la fin de la campagne présidentielle, selon le syndicat.

    Une situation alarmante qui a d’ailleurs poussé François Hollande la semaine dernière à convier Arnaud Montebourg à la conférence sociale programmée en juillet avec tous les partenaires sociaux. Le signal est clair : le sauvetage du secteur industriel français figure parmi les priorités de la nouvelle équipe au pouvoir.

    Crise économique oblige, la tâche s’annonce ardue. Le ministre du Redressement productif planche sur un « plan de reconquête industrielle » qu’il doit remettre à Jean-Marc Ayrault, dans les semaines qui viennent. La CGT, elle, réclame des mesures sur le chômage partiel, le renforcement du rôle des syndicats au sein des entreprises, ou encore un droit suspensif sur les licenciements, afin de vérifier s’il existe un repreneur pour une des nombreuses entreprises en difficulté. Les idées ne manquent pas, donc. Mais, a priori, les mesures concrètes ne sont pas pour tout de suite. Sur le terrain, les salariés concernés risquent de trouver le temps long

  • yvan

    Reply Reply 04/06/2012

    bonjour, ça fait maintenant plus d’un an que je n’allume plus la télé et à part les 4 premiers jours, je porte très bien. Quand je regarde chez les autres (c’est leur redevance), je la trouve violente, triste et caricatural…
    donc effectivement, on s’en porte mieux sans meme si ça ne regle pas tout, ça evite les pensées négatives…mais je finis par me demander si c’est pas voulu… Car quand les gens sont pessimistes, qu’ils ont peur, ils entreprennent pas, selon mon avis personnel…
    cordialement

  • Bruno

    Reply Reply 15/06/2012

    Merci pour la vidéo.

    Cela fait maintenant plus de 10 que je suis indépendant et j’ai toujours appris que c’est dans les moments de crise qu’on trouve les meilleures opportunités de travail à domicile.

    Regardez autour de vous, combien de personnes ont crée des blogs avec les conseils d’Aurélien ou d’autres, et ont réussi à avoir des revenus complémentaires ! Certains même gagnent beaucoup d’argent … récompense du travail fourni aussi …

    Souvent dans mon entourage on me dit « oh tu crois que tu vas réussir avec tes blogs … avec la crise … je serais toi je ferais autre chose etc .. !! ». Hé bien je continu, j’ajoute du contenu, des liens … et même avec la crise je vais réussir ! Et vous aussi, si vous y mettez de la motivation !

    La crise c’est pour les autres, ce n’est pas pour nous !

    Alors foncez avec vos projets, le travail à domicile c’est tellement génial !

    Et merci Aurélien pour tous vos conseils.

    Bruno

  • Philippe

    Reply Reply 29/06/2012

    Bonjour Aurélien,

    Je te sens un peu remonté sur la vidéo. Avec le sourire mais un peu remonté quand même, je me trompe? 😉

    En même temps je suis complètement d’accord: je crois qu’on en fait un peu trop sur la crise.

    Des gens qui ont été touchés: moi. Plus ou moins directement.

    Du fait de la « situation économique » et d’autres ch’ti trucs annexes, mon ancienne boite s’est restructurée, a fusionné, et toutes les activités qui n’étaient pas le coeur de métier (comme ce que je faisais: coaching, accompagnement, formation RH) ont été supprimées, et je me suis fait remercié.

    Maintenant sans aller sur une théorie du complot, je pense que les médias jouent un grand rôle dans le maintient du climat actuel.
    C’est malheureux, mais les gens ont en général tendance à faire plus attention à ce qui les met en danger plutôt que ce qui les sécurise. Du coup, si on parle de problèmes, de crises, de difficultés, de trucs qui va pas, etc… les gens vont plus écouter, et ça fait de l’audimat.

    C’est un peu caricatural, mais il y a du vrai dedans.

    Maintenant, sans nier que beaucoup de gens sont en difficlutés aujourd’hui, les crises sont en effet souvent des opportunités d’évolution.

    D’ailleurs, les chinois, tu en parlais, l’ont bien compris car dans leur langue le mot crise (危机wei ji) est constitué de « danger » (wei) et « opportunité » (ji).

    C’est donc une situation qui peut comporter du danger, et par là même des opportunités.

    Pour moi, ça a été une opportunité de me lancer dans le blogging et de commencer à développer une activité plus en indépendant.

    Bonne opportunité à tous! 🙂

    • Aurélien

      Reply Reply 30/06/2012

      En fait ce qui me révolte c’est qu’à cause de ce sempiternel rabâchage nos jeunes perdent espoir et se content d’une vie médiocre pendant que ceux qui sont bien informés ou qui ont juste un bon réseau s’en mettent plein les poches.

  • Philippe

    Reply Reply 04/07/2012

    C’est vrai qu’on nous le rabâche tout le temps. On ne peut pas allumer la télé ou la radio sans forcément en entendre parler. Et ça, moi aussi ça me gonfle.

    J’aime bien ta remarque quand tu dis que les jeunes bien informés (+ ceux qui ont un bon réseau) sont ceux qui s’en sortent.
    Quelque part ça veut dire que pour être bien informé il ne faut pas écouter ce sempiternel rabâchage, donc quelque part ne pas faire trop attention à ce qui se dit aux infos, un peu partout et tout le temps.
    Ca veut donc dire que d’une certaine façon, écouter les infos c’est être mal informé. 🙂

    C’est une compréhension et interprétation personnelle de ce que tu dis, mais quelque part je trouve qu’il y a du vrai dedans.

    Le tout va être de savoir où aller chercher les infos utiles, et comment créer son réseau (par le blogging par exemple 😉 )

  • Patrick

    Reply Reply 04/07/2012

    Chers amis…

    1) D’abord les médias ne vous donnent pas le 100ème des véritables infos pourtant il suffit de lire les blogs tels que ceux-là :
    http://www.zerohedge.com/
    http://www.calculatedriskblog.com/
    http://advisorperspectives.com/dshort/
    http://theeconomiccollapseblog.com/archives/17-reasons-to-be-extremely-concerned-about-the-second-half-of-2012
    http://www.marketwatch.com/
    http://globaleconomicanalysis.blogspot.fr/
    http://chevallier.biz/2012/06/erreurs-enigme-effondrement/

    2) Oui, les crises sont des périodes d’opportunité…
    Alors croyez moi, dans ce cas, et vu ce qui est sur le point de se produire ce 2nd semestre 2012… ce seront des opportunités que personne n’a jamais vu depuis les 300 dernières années…

  • LOUIS Cyril

    Reply Reply 07/07/2012

    Bonjour Aurelien et tout le monde :
    Je suis tout a fait daccord avec l’idee generale car je suis en plein dedans cest a dire que je suis a Disney depuis au moins 10 ans , je ne bouge pas car j’ai été comme dans beaucoup dentreprises cassé, pas bonne entente avec patron etc… , bref jai toujours cherché en plus a faire ma vie par internet, jai payé des formations, je me suis fait avoir donc plusieurs fois puisqu’encore aujourd’hui je nai rien reussi mais donc je suis exactement dans ce melange de sentiments entre VOULOIR REUSSIR , et ETRE COMPLETEMENT DECOURAGé !!!
    Comme je lai dit dans un autre commentaire je fais ta formation blog qui rapporte en 31 jours plus encore 1 autres formations et encore bientot une autre de Sebastien et FRANCHEMENT JESPERE QUE CE COUP CI VOUS ETES JUSTEMENT LES BONNES PERSONNES QUI PEUT ETRE JE L’ESPERE pourront faire parti de mon entourage lol !!!
    Car vous avez l’air vraiment bien Aurelien et Sebastien et moi je suis comme ca de penser dabord aux gens plutot qua moi meme , alors jespere franchement qua force de chercher je trouverai , mais JAIMERAI BIEN QUE CE SOIT MAINTENANT AVEC VOS FORMATIONS, cela ferait en sorte que je nai pas perdu ces 10 dernieres années a chercher pour rien !!! lol

    A bientot Cyril

    • Aurélien

      Reply Reply 07/07/2012

      Bonjour, je te recommande de faire une formation après l’autre, et de faire chaque formation jusqu’au bout.

      Sinon tu prends le risque de.. ..papilloner 🙂

Leave A Response

* Denotes Required Field

Pas de commentaire avec ancre optimisée (du style: "comment gagner de l'argent", ou "blog voyage"), merci !