Pourquoi j’Ai Décidé d’Arrêter De Boire De l’Alcool



[ad#Google Adsense 300×250 texte/images fond blanc]Tournee de Mezcal au Mexique en 2006

Beaucoup de gens arrêtent l’alcool parce qu’ils sont alcooliques et qu’ils ne peuvent pas boire avec modération, pour ma part je veux arrêter pour faire une expérience, en fait je n’ai jamais bu beaucoup et je pense même que ma consommation a diminué ces dernières années (a part un petit pic en Australie :)).

Je n’ai jamais été grand fan de la boisson, je trouve ça lourd à digérer (l’alcool contient beaucoup de sucre) et ça déshydrate ce qui me cause des maux de tête le lendemain (à ce propos pour ceux qui ont le même probleme je vous recommande de boire beaucoup d’eau en fin de soirée pour réhydrater votre corps).

J’ai des amis de tous horizons et certains sont musulmans, lorsqu’on fait une fête avec eux il n’y a pas une goutte d’alcool et on s’amuse autant si ce n’est plus, je trouve que tout le monde garde le controle de soi et c’est quand même plus la classe que les soirées ou ça picole et ou tout le monde commence à agir comme un idiot.

En plus il ne faut pas se leurrer, l’alcool c’est mauvais pour la santé (l’alcool est une substance cancérigène le saviez-vous ?) et ça coute cher, Karim, un ami français rencontré en Australie qui a passé un an en asie avec peu de moyens (je le tanne pour qu’il me fasse un article et nous raconte son périple car ça peut en intéresser plus d’un) me racontait que dans certains pays on peut vivre avec trois dollars par jour, mais que la plupart des backpackers boivent de l’alcool et ça fait littérallement exploser leur budget car si dans ces pays (Vietnam, Cambodge) l’alcool est moins cher qu’en Europe, localement il est beaucoup plus cher que la nourriture. Si je me retrouve à vivre dans des pays à bas coût avec un budget réduit il vaudra mieux faire l’impasse sur la boisson !

Et puis l’alcool ça fait grossir, j’ai pas envie de me retrouver avec une grosse bedaine à 40 ans ni a 50 ans, j’ai envie d’être mince et bien portant. En Australie j’avais un voisin de plus de 80 ans qui m’impressionnait par sa vitalité, il avait même sauté sur la Normandie pendant le débarquement, je le voyais tailler les arbres et faire du jardinage, je lui ai demandé son secret il m’a dit « Pas de tabac, pas d’alcool, et jusqu’à il y a quelques années encore je faisais l’amour à ma femme tous les jours ! ».

Je pense aussi que les gens de mon age boivent pour deux raisons, la première c’est pour se désinhiber, la deuxième c’est pour décompresser et relacher la pression accumulée au bureau toute la semaine. Pour ma part je pense être moins timide que la moyenne mais je suis comme tout le monde, quand je vois une jolie fille je deviens anxieux, dans ce cas je pense que l’alcool est pas une solution mais qu’il vaut mieux faire un travail sur soi-même, d’autre part si j’ai choisi de ne pas travailler comme salarié et de mener une vie plus libre ce n’est pas pour reproduire les mauvaises habitudes de ceux qui passent toute la semaine au bureau et se mettent une race le week-end pour se changer les idées.

Bon c’est sur, l’Europe de l’Est cet été et la Colombie cet hiver c’est pas les destinations où ça picole le moins (les latinos picolent pas mal), mais bon en attendant, je suis en bonne santé et ça me va bien comme ça !
Et vous l’alcool vous en êtes ou ? Vous pensez que ça a un interêt d’arrêter ? Vous comprenez ma démarche ?


25 Comments

  • Riche Idée

    Reply Reply 12/05/2010

    Y a alcool et alcool aussi ! Perso, j’ai arrêté la consommation d’alcool fort (avec les études, …) mais pas le vin (le bon vin) !
    Le bon vin peut même enrichir si on a une bonne cave et de bonnes bouteilles mais il ne faut pas les boire !

  • J’avoue que l’idée d’arreter de boire de l’alcool m’a souvent troté dans la tête et ce fut de nouveau le cas il y a peu.

    Les raisons pour lesquelles je n’ai jamais sauté le pas sont simples : j’aime trop le bon vin et le vrai whisky. Attention, lorsque je dis « aimer », je parle bien sûr du goût, pas de la sensation.

    Avec l’âge et plus de maturité, je sais que je n’ai plus besoin de ce substitue pour être plus sociable, moins timide et faire plein de choses débiles ^^

    Toujours est-il, ton article m’a fait voir quelque chose de plus : vin, whisky ok, mais pourquoi continuer à boire d’autres alcools (dont notamment le pire de tous : la bière).

    Peut-être est-ce là la solution et je compte sérieusement y réfléchir.

    PS : Bonne courage dans ton expérience, et attention à ne pas finir Straight edge 😉
    .-= Fenice de Riche idée´s last blog ..Le bon et le mauvais doute =-.

  • Rémy Bigot

    Reply Reply 12/05/2010

    Je ne bois quasiment jamais et ce depuis toujours.
    Comme de fumer, ça ne m’a jamais attiré et c’est tant mieux !
    De temps en temps (deux fois par an), un petit fond de ver de bon vin n’est par contre pas de refus !
    .-= Rémy Bigot´s last blog ..Apprendre à créer un site internet facilement =-.

  • Alexis

    Reply Reply 12/05/2010

    J’ai arrêté il y a 2 ans. Le plus dur c’est bien sûr le conditionnement social.

    Pendant une période je ne buvais plus une goutte, jamais, quelque soit l’occasion, mais ça pouvait être socialement bizarre (pot de départ, dégustation d’une bouteille spéciale avec des amis, diner spécial).
    Notamment en France, il est difficile de refuser du vin lors de certaines occasions (et puis, c’est bien vu d’être connaisseur 🙂 ). Socialement, c’est très fort, tellement fort que si tu ne bois pas, tu peux te retrouver un peu marginalisé.

    Maintenant, je bois 1 verre ou 2 pour accompagner lors de ces moments (que j’apprécie). Mais au fur et à mesure je traine avec des non-buveurs.
    En Australie -aussi-, j’ai eu la « chance », law of attraction, de rencontrer des mecs qui ne buvaient pas. D’ailleurs, ceux qui étaient les plus sociables et qui avaient le plus de culot ne buvaient pas.

    Sinon je pense que tu as bien résumé le côté sociologique de l’alcool pour décompresser le vendredi soir se désinhiber socialement. Et de ce que j’ai pu rencontrer, il y a aussi une énorme différence de vision de la vie entre les buveurs du week-end et les non-buveurs.

    @Fenice Pourquoi la bière c’est pire ?
    .-= Alexis´s last blog ..Podcast NH 005 : Ludovic – Avoir du charisme =-.

  • Mohammad

    Reply Reply 12/05/2010

    Personnellement je n’ai jamais bu d’alcool =)

    D’après vous pourquoi ? Regardez mon prénom ^^

    Je suis musulman 🙂
    .-= Mohammad´s last blog ..Encore des petites trouvailles : Issuu & DecideurTV =-.

  • @Alexis : Gazeux, gout pas génial et de plus c’est un des pires alcools pour prendre du ventre. Après la plupart de ces considérations sont totalement subjectives et n’impliquent que moi.

    Sinon, je te rejoints sur le coté marginalisassion des non buveurs.

    C’est marrant, mais en lisant cet article, j’avais totalement oublié que j’étais déjà arrivé à ne plus boire un verre et ce, pendant plus de 2 mois. Un défi plus où moins contraint par des problèmes de santé (gastrite) qui à bien aidé à justifier le « pourquoi je ne suis bizarre parce que je ne bois pas ». À l’époque de cet arrét (en plein été), j’étais entouré de fêtards (esprit toulousain oblige) et il est clair que l’on est vite mis à l’écart, même si ceux qui le font ne s’en rendent pas compte.

    L’alcool aide à resserrer les liens entre les personnes (notamment par sa capacité à nous désinhiber) et ne pas boire est souvent perçu, de manière plus où moins inconsciente, comme un refus d’adhérer au groupe. De plus, les personnes qui ne boient pas sont souvent catalogués comme ennuyeux et coincés.
    .-= Fenice de Riche idée´s last blog ..Le bon et le mauvais doute =-.

  • Mama Zen

    Reply Reply 12/05/2010

    Je bois très peu comparativement à mes péripéties étudiantes pendant lesquelles je sortais 6 soirs sur 7 par semaine! Avec les années j’ai constaté que j’aime de moins en moins la bière sauf quelques importées qui sont restées des coups de coeur, mais par contre mon amour pour le vin va croissant (mon bedon également). Cependant, comme j’ai eu 2 enfants et que j’ai allaité ma dernière un an… ça vous fait un bon sevrage 🙂 alors moi maintenant je n’ai plus besoin de beaucoup d’alcool pour en ressentir les effets.

    Ma consommation va fluctuant disons 🙂 j’ai des périodes où je bois plus, et je peux ensuite être abstinente à 100% pendant des mois.

    Pour ce qui est de prendre un coup alors qu’on joue les touristes, moi pour avoir fait l’expérience plus jeune je dois dire que je trouve que c’est se mettre en danger. Si on se paquete la fraise quand on voyage seul, rien ne garanti qu’on tombera sur un type honnête qui nous donnera un coup de main autrement que pour vider notre portefeuille…
    .-= Mama Zen´s last blog ..Envie d’un p’tit 25$ facile? =-.

  • Raphael

    Reply Reply 13/05/2010

    Je suis assez d’accord avec toi sur le fait que trop de personnes abusent de l’alcool et c’est peut-etre ca qui lui donne une image si mauvaise.

    D’accord aussi sur le fait qu’on peut tres bien passé d’excellentes soirées sans alcool.

    Mais au final, quelques verres bus avec modération permettent parfois de déloquer quelques langues et désinhibe certaines personnes, rendant parfois la fete un peu plus folle.

    Il faut tout simplement savoir faire la part des choses 😉

  • Je comprends ta démarche.

    En ce qui me concerne, j’ai plutôt tendance à considérer qu’il faut un juste milieu dans tout.
    J’évite les extrêmes, qu’ils soient d’un côté ou de l’autre. Je ne suis donc pas alcoolique, mais je refuse l’abstinence complète aussi.
    Par contre, je n’aime pas les goûts des alcools forts, sauf peut-être un verre de Porto une fois de temps en temps, ou un verre de vin avec un bon repas.

    Et par temps chaud, une bonne bière bien fraîche tout droit sortie du frigo … franchement, y’a rien de tel ! 😀
    .-= MaxR de Maxadi´s last blog ..L’affiliation sans site internet =-.

  • Aurélien

    Reply Reply 13/05/2010

    Je vois que tout le monde est plutot modéré dans sa consommation c’est une bonne chose, d’accord sur le fait qu’on peut boire avec modération, pour ma part j’ai envie de faire l’expérience de ne pas boire du tout juste pour tester, je n’ai pas bu depuis le 18 avril 2010 lorsque j’étais à Prague et je ferai le bilan d’ici quelques temps.

  • Sysmeryl

    Reply Reply 13/05/2010

    Bonne idée que tu as la 🙂

    L’alcool en France ne me parait pas forcément cher comparativement à des Sodas et autres jus de fruits… enfin cela dépend de ce que l’on prend bien sur.
    On peut très bien se prendre des mines à peu de frais avec des vins fond de cuve et de la Kro !

    On est suffisamment abreuvé de messages nous disant qu’il faut boire avec modération. Mais ce qui peut vraiment plaider pour un arrêt ‘complet’ de l’alcool (par rapport à une conso occasionnelle) c’est tout simplement une meilleure hygiène de vie.

    Comme tu l’as dit l’alcool est très calorique. Je crois que beaucoup de gens ne s’en rendent pas compte. Le pire étant les alcools saturés en sucre type ‘Smirnoff’ : la c’est la double peine !

    Mais dans cette optique, il faudrait aussi limiter sa conso de sodas et autres jus de fruits à base de concentrés, eux aussi très caloriques.

    • Aurélien

      Reply Reply 13/05/2010

      Je trouve qu’il y a quand meme une grosse différence au niveau prix, je connais pas bien les alcools vu que j’en prends tres peu mais quand je compare je vois souvent des ecarts de prix du simple au double entre les boissons avec et sans alcool.
      En plus je sais pas si vous avez remarqué mais le fait est qu’en soirée plus tu bois et plus tu as tendance à dépenser.
      Sinon tout a fait d’accord sur le coté « hygiene de vie ». Je bois pas enormement de soda et quand j en prends c’est du light ou du zero, je sais que certaines personnes se mefient du light pour ma part ça ne m’inquiete pas.

  • Martin

    Reply Reply 13/05/2010

    Je n’ai jamais été un grand consommateur d’alcool. N’aimant pas le gout, ni l’odeur de la bière, je ne bois jamais d’alcool en bar pour accompagner mes amis, ce qui me valait presque systématiquement des remarques. La pression sociale est une réalité, mais quand on ne ressent aucun goût pour l’alcool, elle n’a aucun impact. J’imagine cependant le calvaire des anciens alcooliques pour qui chaque occasion est une véritable épreuve.

    Néanmoins, pendant certains repas entre amis, je ne m’interdis pas de boire du vin, mais du vin que je ne choisis jamais, et pour cause : je suis totalement ignare sur le sujet, sinon que j’ai une préférence pour le vin blanc, sans pouvoir en dire davantage sur les différences plus ou moins subtiles des origines du vin.

    En revanche, en matière d’alcools plus forts pris à l’apéritif, mélangés à divers jus de fruits et autres boissons sucrées, j’avoue avoir un petit faible, mais ma consommation est toujours raisonnable, en plus d’être rare. D’ailleurs, les boissons sans alcool et les cocktails sans alcool restent là encore mes préférés, malgré la pression sociale, toujours présente.

    Je pense avant tout que la consommation d’alcool est une volonté personnelle avant tout, mais pas celle du moment, plutôt celle liée à sa manière de vivre et d’être, son caractère. Néanmoins, l’impact social a une importance non négligeable, de même que sa propre histoire personnelle, voire même son éducation. Après tout, j’avais été choqué, un jour, au repas de Nouvel An chez des amis, de voir la grand mère donner du Champagne à sa petite fille de trois ans à peine…
    .-= Martin´s last blog ..De la compatibilité en amour =-.

  • isntandre

    Reply Reply 21/07/2010

    De nombreuses études ont montré que les consomateurs modérés d’alcool vivent en moyenne plus longtemps que les grands consomateurs ou que les personnes qui s’abstiennent entierement.

    Il ne semble pas que cela vienne des propritétés de l’alcool, mais du correlation entre une hygiene de vie saine et une consomation modérée d’alcool.

    Et je n’en bois pas (en tout cas moins qu’occasionellement) donc je n’ai pas de paroisse à défendre ici :p

  • dan

    Reply Reply 06/09/2010

    Salut,
    Je viens tout juste de découvrir ton blog, fort intéressant, et j’avoue que je partage beaucoup de tes idées et motivations.
    Concernant l’alcool, je suis une démarche similaire à la tienne. Je suis non fumeur, j’ai éliminé progressivement l’alcool de ma vie. Résultat: un peu plus d’argent dans le portefeuille à chaque fin de mois = moins de pression financière = moins de pression à travailler dans la « Rat race ».
    Cela fait du bien de lire ton article, c’est motivant !

  • A faible doses j’aime bien, pas trop fan de vin, plutôt de bière ou de cidre. Par contre j’ai horreur des repas de famille avec le vin qui coule à flot ! Tout le monde me regarde bizarrement lorsque je demande… de l’eau !

  • david

    Reply Reply 21/04/2011

    Personnellement je pense que j’ai un problème à ce niveau la, je bois pour un rien (après le travail pour décompresser, le vendredi soir pour « fêter » le week end, etc) quitte à finir minable…Comme j’ai pas envie d’avoir un cancer ou autre je vais réduire ma conso! Juré craché!!
    Et puis entre ça et les clopes ça coûte cher!

  • Concernant la pression sociale, le fait de ne pas boire du tout dérange.
    Un truc, prendre un verre de vin et simuler la dégustation sans jamais le boire…incroyable!! Ils n’y verrons que du feu et en plus, vous serez le plus comique et éveillé de la soirée, promis !

  • Je n’ai jamais pris beaucoup d’alcool… Mais depuis quelques années je n’en prend plus.. Sauf un petit verre de Sangria quelques fois par année…Mais très léger..

    Il faut dire que j’ai eu la chance, car mon père n’a jamais pris une goutte d’alcool de sa vie.. J’ai eu un bon exemple à suivre..

    Il y a quelques années lorsque j’ai dit a un ami que je ne prennais pas d’alcool et que j’étais végétarienne.. Il m’a dit Pauvre Fille, tu vas te retrouver bien seule…

    Aujourd’hui je souris toujours lorsque je repense à ce moment et que je fais la fête avec mes amis qui sont aussi non-fumeur et ne prennent pas d’alcool… La Fête est une Vraie Fête, du Pur Bonheur..

    Par contre si je peux donner un conseil, il faut apprendre à faire le vide, créer de l’espace et trouver parfois de nouveaux amis… Qui font les mêmes choix que nous…

    Ce que j’ai remarqué c’est que les gens avaient trop peur de se retrouver seul.. Et préfère rester dans des normes sociales…

    Je vous conseille de vous écouter… Et votre Vie sera de plus en plus belle..

  • xavier

    Reply Reply 15/04/2012

    S’ennivrer de confiance et d’amitié….voilà le vrai challenge..
    Là on s »amuse vraiment…et on peut se permettre toutes les audaces;) C’est la vraie fête….celle qui génère un esprit serein et un corps tonique rempli d’énergie.

  • Laure

    Reply Reply 08/05/2012

    Je m’inscris dans la même démarche, j’ai toujours bu pour être « intégrée » dans un groupe: d’abord les « cools » du lycée, puis les « cools » de l’école de commerce, et l’habitude s’est installée, les doses ont augmenté. J’ai longtemps aimé cette réputation de bonne vivante, de fêtarde « qui tient comme un mec »! Il m’est même arrivée de boire une bière ou un verre de vin seule pour me calmer après une journée stressante…Puis parfois, ces 2 dernières années, j’ai eu peur en me réveillant sans me souvenir d’une partie de la soirée. Et les effets sur la santé également se font venir: estomac hyper acide, faible tension, déprime et culpabilité les lendemains (l’alcool est le plus grand dépresseur de l’humeur)… Bref, même si la plupart des gens autour de moi boivent autant et continuent à trouver ça fun, je décide, aujourd’hui, de reprendre ma santé et ma vie en main en acceptant le « Plaisir de la différence » = la liberté retrouvée. Voilà, quelques témoins anonymes ne feront pas de mal à cette décision! Et j’aime passionnément la vie, le sport, je pars vivre au Brésil ds qq mois (mon rêve enfin atteint), et souhaite que le tournant soit fort et en pleine capacité de mes moyens!
    Have fun everyone (real fun)!
    Laure

  • Karym

    Reply Reply 24/07/2012

    Mis à part un chocolat à la liqueur par accident (dégueulasse d’ailleur) je n’ai jamais consommé d’alcool.

    En France on fait la guerre aux drogues, au tabac mais l’alcool, mis à pars quelques spots publicitaires pour la sécurité routière, pas grand chose…

    Il parait que déguster un bon vin c’est tout un art.
    Seulement il ne faut pas oublier que l’alcool est une drogue addictive tout aussi dangereuse que le canabis ou le tabac. Et je ne parle même pas des conséquences sociales catastrophique. (echec scolaire pour les jeunes, violence famillale, etc)

  • bla

    Reply Reply 05/01/2013

    comment arreter de boire de l’alcool car c’est mon voeux 2013 ne plus boire une goutte

  • Moustapha

    Reply Reply 24/03/2014

    Très bonne décision Aurélien.Moi je l’ai prise en début d’année dernière lorsque j’ai pris conscience du temps que je perdais en picolant.
    En effet, j’avais pris l’habitude de boire beaucoup d’alcool les vendredis soir avec des collègues.Ensuite le samedi soir et quelques fois les dimanches après midi.
    Et très souvent,on faisait du « non-stop » c’est à dire qu’on commençait à boire le vendredi soir après le boulot et on ne s’arrêtait que le dimanche très tard dans la nuit sans arrêt ou interruption.Quelques fois on débarquait même au bureau le lundi matin un peu bourré.
    Mais lorsqu’en janvier 2013 je viens rendre visite à ma copine à Paris.Je décide d’arrêter car nous avons décidé de lancer notre site e-commerce de mode et je me suis dit qu’au lieu de saboter mes weekends à boire jusqu’à perdre le contrôle je ferais bien mieux usage de mon temps à travailler sur un projet personnel qui m’excite vraiment et qui peut rapporter.En plus,ça me donnait aussi plus de temps pour m’occuper de ma copine 🙂 .

    Cordialment

  • Yolo

    Reply Reply 26/08/2014

    Étonnant, pour toi ce sont tes potes en CDI qui se mettent des races le week end pour décompresser de leur semaine, alors que tu ne ressens pas le besoin de relâcher la soupape le week end car tu gères ton temps de semaine comme tu l’entends.

    Pour moi, c’est mes potes freelance qui se mettent des races n’importe quand pour profiter de leur liberté en flexibilité d’emploi du temps, alors que j’entends profiter de mes week end de manière productive (sport, projets perso, etc.).

    Et si l’abus d’alcool n’était pas lié au mode de vie (indépendant vs CDI), mais plutôt à la mentalité de la personne… J’ai l’impression qu’on a tous les deux tendance à rechercher l’explication dans ce qu’on connaît du mode de vie de nos alcoolos préférés (nos potes, quoi!) mais qu’on se goure tous les deux. 😉

    • Yolo

      Reply Reply 26/08/2014

      En ce qui concerne mon expérience avec l’alcool, je me suis pris plein de grosses races. Mais mes projets perso et notamment sportifs m’ont incité à m’intéresser davantage à ma santé et donc à ma consommation d’alcool. Comment prendre une grosse race le week end et gagner à la compète de la semaine prochaine? En fait, il faut choisir, j’ai choisi le sport et donc, de ne pas boire. Et là, je me suis rendu compte de la pression que tout le monde me foutait pour que je picole comme les autres. Et plus on me fout la pression, moins j’ai envie de la boire… Je n’ai plus du tout l’impression de décider par moi même si je veux boire ou non. Je fais parfois exprès de venir en voiture à une soirée pour avoir l’ « excuse acceptable par tout le monde » de ne pas boire, et encore il faut le répéter plusieurs fois dans la soirée. Et encore on me sort le fameux : « Ah mais t’as droit à 2 bières quand, hein! ». Et évidement, quand les gens picolent, ils deviennent de moins en moins fins, oublient ce qu’ils ont déjà dit, et donc, le répètent inlassablement. Ça se traduit généralement par mon départ de la soirée peu après minuit, alors que je serais bien resté plus tard si tout le monde n’était saoul et par définition con.

      Parfois, je pense à m’inventer une maladie du genre « si je bois une goutte, je meurs », mais en arriver là, ça craint tellement… Que je sois bien clair, j’assume parfaitement mon choix de ne pas boire. Mais on me lourde tellement pour ça… Vous me direz aussi que je suis pas arrivé sur cette page par hasard.

      J’ai eu plus de facilités à arrêter de fumer que d’arrêter de boire. Pour justifier l’arrêt de la clope, c’est facile, il suffit de dire que ça coûte cher. Attention, ne dites pas que c’est mauvais pour la santé, au risque de passer pour un rabat-joie ou une chiffe molle. On vous répondra aussi qu’il n’y a pas que la clope qui est nocive, qu’on se cogne tout un tas de trucs cancérigènes (pollution, pesticides, alcool [tiens, le revoilà celui-là!], accidents de voiture inattendu…). Mais la présence de multiples risques justifie-t-elle d’ajouter des risques? On marche sur la tête…

Leave A Response

* Denotes Required Field

Pas de commentaire avec ancre optimisée (du style: "comment gagner de l'argent", ou "blog voyage"), merci !